Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Yolande Moreau et Christian Olivier enchantent la poésie de Prévert. La comédienne s’associe au chanteur dans un spectacle à l’image de son auteur : humaniste et engagé.

Le bel inventaire © L’Atelier à spectacle

18.09.2019

JDA 922

C’est l’histoire de deux bêtes de scène animées par la même passion. En 2017, Yolande Moreau et Christian Olivier sont invités à se produire (séparément) en Suisse lors d’une exposition consacrée à Jacques Prévert. Ils décident de se réunir le temps d’une soirée. Ensemble autour du poète, c’est comme une évidence… Les deux comparses imaginent alors leur propre inventaire des textes de Prévert, dans des versions musicales, chantées ou parlées, jamais entendues. Ils se sont pour cela entourés de trois musiciens qui revisitent avec eux un répertoire aux multiples facettes. Pour toi mon amour, Barbara, Le Cancre, Les Feuilles mortes, Étrange étranger…Entre rire et émotion, on (re)découvre les mots simples qui font la force de Prévert, artisan du réalisme poétique. Les histoires des gens ordinaires sont hissées au rang de mythes modernes, dans un univers « populaire et décalé, grinçant et ludique », décrit Christian Olivier. Attendrissante ou hilarante, Yolande Moreau, elle, se reconnaît dans les mots qui « dénoncent la guerre et la misère ». La comédienne s’est formée à l’École Jacques-Lecoq, qui met l’accent sur le jeu physique. Avec sa singulière nonchalance, elle captive dès son premier one-woman show, Sale affaire, du sexe et du crime, en 1982, et décroche le Grand Prix du Festival du rire en Belgique. La réalisatrice Agnès Varda la remarque et la fait tourner dans un court-métrage, puis un long. Yolande Moreau s’affiche ensuite avec la troupe des Deschiens. À son palmarès, quatre César : trois en tant qu’actrice, un comme réalisatrice pour La mer monte. Christian Olivier, lui, est à la tête des Têtes Raides depuis 1984. Chanteur et parolier, il injecte de la poésie dans ses textes, tantôt drôles, surréalistes ou tranchants. Il émeut comme nul autre avec sa voix rauque et rock. Les deux interprètes sont parfaits dans le rôle d’entremetteurs entre le public et l’œuvre de Prévert, intemporelle et universelle.

//Candice Cazé

Prévert, les 23 et 25 septembre, à 20h30, et le 24 à 19h30, à la Maison de la culture – 03 22 97 79 77

 

Dansez, c’est la rentrée !

Programme trépidant pour la fête d’ouverture de saison de la Maison de la culture, le 27 septembre. Coup d’envoi en fanfare, à 18h30, place Gambetta, puis sur le parvis à 19h30. Rendez-vous avec l’inimitable pianiste improvisateur Jean-François Zygel et le duo de DJs Art Point M pour le concert Piano Platines, à 20h30, au grand théâtre. Enfin place au plus grand dancefloor du centre-ville, orchestré par la compagnie du Tire-Laine et son Bal taquin puis par Art point M, encore. En 2018, 3 000 personnes ont fait vibrer les sols de cette grande maison. Qui dit mieux ?

//Coline Bergeon

Fête d’ouverture de la Maison de la culture, le 27 septembre, de 18h30 à 2h30 – Entrée libre et gratuite (sauf Piano Platines)