Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

En place depuis le 30 septembre, la limitation de la vitesse à 30 km/h dans le centre-ville d’Amiens est faite pour apaiser la circulation et assainir l’air. Et pour durer. 

Le centre tendance 30  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

09.10.2019

JDA 925

// LE PÉRIMÈTRE

Tout est passé à 30 km/h le 30 septembre (lire ici l'article du JDA #923). Tout le centre-ville. C’est-à-dire l’intégralité des rues à l’intérieur du cercle formé par les boulevards (exclus, eux, du dispositif, mais pas leurs contre-allées) du Port-d’Aval, du Port, des Fédérés, Carnot, Maignan-Larivière, de Belfort, d’Alsace-Lorraine et du Port-d’Amont. Sans oublier le mail Albert-Ier, la rue des Francs-Mûriers et la place Vogel. La place Parmentier et la rue Vanmarcke, toutes deux déjà en zone 30, y restent.

 

// LA DÉCISION

Lors de la canicule et des pics de pollution de l’été dernier, Brigitte Fouré avait pris la décision de limiter la vitesse de circulation à 30 km/h, afin de redonner de la qualité à l’air en réduisant la pollution engendrée par la vitesse et l’accélération des véhicules. « Une expérience positive », estime le maire d’Amiens qui a donc décidé d’aller plus loin en limitant définitivement la circulation à cette vitesse dans le centre. Ce qui favorise les transports doux et un meilleur partage de l’espace public, en assurant la sécurité de tous, piétons et cyclistes en tête : la distance de freinage d’un véhicule diminue en effet de quinze mètres entre 50 et 30 km/h.

 

// LE CONTEXTE

Plus de sécurité, moins de pollutions atmosphérique et sonore, renforcement de l’attractivité du centre-ville : cette mesure prend acte, comme le dit Brigitte Fouré, de « l’évolution des mentalités » et de la prise de conscience de la crise écologique globale. Une prise de conscience qui se reflète également dans le plan climat engagé le mois dernier à l’échelle du Grand Amiénois (lire ici l'article du JDA # 924) et dont les bus 100 % électriques Nemo sont un fer de lance.

 

// LES MODALITÉS

22 lettrages au sol indiquant ZONE 30 ont déjà été apposés, ainsi que 300 pictogrammes 30. Vont suivre en entrées de zone, selon les conditions climatiques, la pose de 22 panneaux incitant à la prudence, mais aussi de treize pots de fleurs et d’un revêtement à pépites ocre (1 800 m2). Le lancement des opérations de contrôle, menées par la police municipale, se fera mi-octobre « afin de laisser aux gens le temps de s’habituer », indique Brigitte Fouré, qui a privilégié l’incitatif au répressif les quinze premiers jours.

//Jean-Christophe Fouquet