Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La Coupe de France n’a pas détourné les Gothiques de leur objectif initial : les demi-finales de Ligue Magnus. Contrat rempli. La dernière marche confirme être une montagne : Grenoble. 

Les demies sans pression © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

20.03.2019

JDA 907

Après la saison de la renaissance l’an passé, grâce à la première demi-finale disputée depuis 2011 par le club, voici l’année de la confirmation pour les Gothiques qui ont donc enchaîné leur victoire en Coupe de France avec une deuxième qualification dans le dernier carré en dominant Bordeaux en quart de finale. Une performance : Amiens n’avait plus atteint deux fois de suite ce stade de la compétition depuis les saisons 2002 / 2003 et 2003 / 2004 (date du dernier titre), à une époque où l’on ne parlait même pas de Ligue Magnus mais de Super Ligue. Et après Rouen l’an passé, qu’Amiens avait réussi à faire douter jusqu’au sixième match (en play-offs, la qualification se joue au meilleur des sept matchs), les Gothiques tombent sur Grenoble, au budget deux fois supérieur. « Rouen, Grenoble, ce sont les deux équipes qui survolent toute la saison, résumait l’attaquant Jérémie Romand. Mais notre identité, c’est de ne rien lâcher. C’est pour vivre ces play-offs que l’on travaille fort. »

 

« ON REGARDE DEVANT »

Anthony Mortas, champion en tant que joueur en 2004 et assistant du coach Mario Richer depuis 2016 savoure le bilan gothique même si « quand on arrive en demie, on en veut forcément plus et on rêve d’une finale contre Rouen ». La demie, c’est déjà bien : « D’autant que la victoire en Coupe de France a peut-être donné le sentiment du devoir accompli aux joueurs, a ressenti Mortas. Mais quand on a été mené dans la série contre Bordeaux, on a retrouvé un Amiens guerrier comme on l’aime ». Le jeune international français Bastien Maïa, arrivé cet automne de Finlande, confirme : « On a montré que l’on avait du caractère et que l’on ne se reposait pas sur nos lauriers. Au contraire, on regarde devant ».

//Antoine Caux

 

Amiens / Grenoble


Match 4 des demi-finales
 de Ligue Magnus le 20 mars, à 20h, Match 6 (si nécessaire) le 24 mars, à 16h, au Coliseum