Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Un manque d’approvisionnement en vaccins oblige à reporter les rendez-vous pour les premières injections en mars, à Amiens comme dans tous les hauts-de-France. Le but : assurer la seconde injection aux premiers vaccinés. 

Les deuxièmes doses en priorité  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
Le Dr Ringard, responsable du centre de vaccination Maurice-Ravel : « C’est désolant de fermer temporairement mais nous n’avons pas le choix ».
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

03.02.2021

JDA 971

Près de 400 personnes sur liste d’attente à l’Espace Santé Maurice-Ravel. Et au CHU Amiens Nord, au pôle privé Alexandre-Dumas et à l’espace Eugène-Viandier à Saleux, il y a autant de monde à rappeler. En raison du manque de doses disponibles du
 vaccin Pfizer/
BioNTech, ces
 quatre centres de
 vaccination n’ont 
pu réaliser de 
nouvelles premières injections
 et ont même dû fermer cette semaine. « C’est désolant de fermer temporairement mais nous n’avons pas le choix. On rouvrira la semaine prochaine car nous avons des rappels de vaccins à assurer », explique le Dr Dominique Ringard, administrateur de l’Espace Santé Maurice-Ravel et responsable de son centre de vaccination. Impossible de prendre un rendez-vous sur Internet ou par téléphone. À l’Espace Maurice-Ravel, les agents du service de santé publique de la Ville d’Amiens se chargent d’informer les personnes en attente d’un rendez-vous. Le mot d’ordre de l’Agence régionale de santé Hauts-de-France : réserver les doses allouées à la région au public concerné par le rappel du vaccin, c’est-à-dire par la seconde injection. 126 360 doses seront disponibles dans la région ce mois-ci contre 129 515 en janvier, quand les professionnels de santé vaccinaient uniquement pour la première dose. Rappelons que la deuxième injection doit se faire au même endroit que la première et dans les vingt-huit jours qui la suivent – vingt et un jours dans les Éhpad, où la campagne peut là se poursuivre grâce à un stock spécifique. Un délai rappelé la semaine dernière par le ministre de la Santé Olivier Véran alors qu’un allongement était à l’étude. Après trois semaines de campagne vaccinale, au 27 janvier, près de 100 000 habitants avaient reçu une première dose du vaccin Pfizer/BioNTech dans les Hauts-de-France. Maigre consolation : le taux de personnes vaccinées rapporté au nombre de doses livrées fait des Hauts-de-France la deuxième région de France la plus dynamique concernant la vaccination. Il est plus que jamais essentiel d’appliquer les gestes barrières. Par tous, partout.

//Lysiane Voisin

Renseignements au 03 22 97 11 54 (service municipal de santé publique), au 0 800 60 50 00 (Écoute 
seniors), au 03 92 04 34 71 ou au 0 805 010 580 (numéro d’accompagnement de la Région) ou à la Maison prévention 
santé (6 bis, rue Dusevel)

 

SÉCURITÉ SANITAIRE : BILAN EN TROIS TEMPS

1 // LE TAUX D’INCIDENCE À AMIENS MÉTROPOLE

Avec 173 nouveaux cas détectés
 pour 100 000 habitants du 18 au
 24 janvier, Amiens Métropole reste en deçà des taux régional (209)
 et national (210). Mais le virus progresse : depuis le point bas enregistré fin décembre (60 pour
 100 000), le taux d’incidence
 est reparti à la hausse sur notre territoire. Pour rappel, début novembre, à l’entame du deuxième confinement, il était de 317.

 

2 // PAS (ENCORE) DE RECONFINEMENT

Les chiffres ci-dessus ont été publiés par Santé publique France le 29 janvier, jour de la dernière allocution en date du Premier ministre. À défaut d’un troisième confinement, dont la menace plane toujours, Jean Castex a de nouveau incité au recours au télétravail et annoncé un renfort des contrôles. Rappelons que le port du masque dans tout Amiens reste de mise, sauf à vélo. S’y soustraire expose à une amende
 de 135 €, autant que le non-respect
 du couvre-feu, maintenu nationalement de 18h à 6h. Fermeture des bars, restaurants et lieux culturels... : la liste de ce qui ne change pas est longue.

 

3 // ALORS, QU’EST-CE QUI CHANGE ?

Seules nouveautés réglementaires :
 la fermeture des frontières françaises aux pays hors Union européenne et celle, partielle ou non, des surfaces commerciales de plus de 20 000 m2. 
Il faut désormais un “motif impérieux” pour sortir de l’UE. Et, en provenance d’un pays de l’Union, justifier d’un 
test négatif pour entrer en France. Quant aux commerces, seuls ceux
 des galeries marchandes de
 Grand A à Glisy et Auchan à Dury
 (hors alimentaire, pharmacie
 et tabac-presse) sont concernés
 dans Amiens Métropole.

//Jean-Christophe Fouquet