Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Thérèse et René Nowak cultivent leur amour des légumes et des hortillonnages qu’ils n’ont jamais quittés. Ces fidèles maraîchers sur l’eau s’investissent aussi pour promouvoir la beauté du site.

Les gardiens du jardin © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
René et Thérèse Nowak cultivent ensemble leur passion pour les hortillonnages et l’amour des légumes depuis près de quarante ans.
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

18.03.2015

JDA 751

Depuis trente-huit ans, Thérèse et René Nowak, couple à la ville et au travail, sont dans le même bateau. Ces maraîchers, qui se déplacent dans une barque à cornet, font partie des sept derniers hortillons. À Rivery, ils cultivent trois hectares de jardins flottants. « Sans bateau, on ne fait rien », insiste Thérèse. Les binettes, le motoculteur et même le tracteur d’une tonne : tout est transporté dans une barque aménagée. De la cueillette aux étals, le maraîchage dans les hortillonnages implique une dizaine de manipulations. « C’est surtout René qui travaille la terre », précise madame. « Thérèse parle beaucoup, moi je me tais ! », ajoute son mari complice. Bavarde, souriante, enthousiaste, énergique… Les gens apprécient la légendaire bonne humeur de Thérèse sur les marchés. « Le contact avec les ch’tiots clients, c’est une merveille !, poursuit-elle. Ils savent le mal qu’on se donne pour les satisfaire. »

 

« LA MÉTÉO EST NOTRE PATRON »
Levés à 5h l’hiver, dès 4h l’été, le couple ne compte pas ses heures. Le métier est pourtant difficile : tout est manuel. Mais les terres sont fertiles et les produits, vendus le lendemain de la cueillette, sont savoureux et ultra-frais. « Les alluvions de la Somme nourrissent la terre. On utilise la vase des rieux comme engrais », explique René Nowak. « J’adore mon métier », confie sa femme. Dehors par tous les temps, le couple remercie aussi la nature de leur offrir une bonne santé. Leur secret ? Manger des légumes. Bonne cuisinière, Thérèse livre ses spécialités : la flamiche aux poireaux, le pot-au-feu, les choux de Bruxelles, le bœuf mode aux carottes. Mais jamais de frites. Sur les marchés, les clients recherchent également les bons légumes. « Les jeunes parents aussi, s’enthousiasme Thérèse. Quand je revois les enfants des années plus tard, je leur dis : J’t'ai connu petit comme ça. Maintenant t’es grand comme ça ! C’est grâce aux soupes de Thérèse !” ». Originaires de Rivery, les Nowak représentent la troisième génération de maraîchers de leur famille. Une famille nombreuse de dix frères et sœurs chacun. « À 10 ans, après l’école, on faisait du porte-à-porte pour vendre les légumes, racontent-ils. On prétextait un mal de ventre pour ne pas aller en classe. On préférait ficeler les bottes d’oignons ! ». Aujourd’hui, ils ne comptent pas s’arrêter. Le travail, c’est la santé.

//Lysiane Voisin

 

Le musée des hortillonnages en germe

© Sébastien Coquille - Amiens Métropole

Sa passion pour les hortillonnages est telle que René Nowak a décidé de leur consacrer un musée. Le maraîcher a acquis le terrain et aménage un ancien bâtiment agricole pour une ouverture prévue en 2016. « Ce musée des hortillonnages doit attirer les jeunes. Il s’agit de valoriser notre savoir-faire et le site par des documents d’archives, des photos, des cartes postales et des outils que je collectionne depuis vingt ans », explique le maraîcher. Un arboretum sera également planté afin d’informer les visiteurs sur les essences d’arbres typiques de ces jardins flottants qui ont traversé les siècles.