Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

LA REFONTE DE LA VOIRIE ET DE L’ESPACE PUBLIC POUR L’ACCUEIL
DES QUATRE LIGNES NEMO EN 2019 S’ACCOMPAGNE D’UN REBOISEMENT
DE LA VILLE. DES MILLIERS D’ARBRES DE TOUTES TAILLES SERONT PLANTÉS.

Nemo : 50 km, 5 000 arbres © amiens metropole
Nemo : 50 km, 5 000 arbres

04.07.2018

«Nous voulons ramener la nature en ville », affirme Pascal Rifflart, vice-président d’Amiens Métropole délégué aux transports. Si 162 arbres ont été abattus (malades pour moitié) afin de mener à bien les travaux de transformation de la ville pour le réseau Nemo de bus à haut niveau de service (50 kilomètres) attendu au printemps prochain, le gain reste non négligeable : plus de 5 000 nouveaux arbres vont à leur tour investir la ville. Accompagnés de vivaces, d’arbustes et de fleurs, ils formeront des bosquets naturels : « Plus de deux hectares de massifs seront ainsi recréés », ajoute l’élu. Seule la rue du Général-Leclerc a commencé à être plantée. Le reste attendra la période propice : cet hiver.

 

NATURE ET BIODIVERSITÉ

 

En attendant, des trèfles rouges vont s’installer provisoirement : « Ces trèfles empêchent les mauvaises herbes de pousser. Un désherbage naturel qui a aussi l’avantage de fournir de l’azote et donc d’enrichir la terre », détaille Mickaël Grimaux, chef d’unité patrimoine végétal d’Amiens Métropole. Car l’entretien des espaces verts s’opère désormais sans aucun produit phytosanitaire. Dès 2019, de nombreuses essences feront donc leur apparition (lire ci-contre). Des mariages, des mélanges et des barrières naturelles afin d’éviter la propagation des maladies tout en favorisant la biodiversité. « Depuis cette année nous recensons la faune et la flore en ville. Nous allons systématiser la démarche afin d’observer l’évolution. » Pour aider la vie à trouver son chemin.

LE CHIFFRE 5 257 : C’est le nombre d’arbres ou apparentés qui seront plantés sur le parcours des quatre lignes Nemo, essentiellement cet hiver. Soit 1 523 arbres (environ six mètres de hauteur) ou cépées (deux à trois mètres) et 3 734 baliveaux (jeunes arbres de 1,5 mètre) ou plants forestiers (80 centimètres). Plus les arbres sont grands, plus leur espacement est important.

 

Trois flores, trois ambiances

 

Les plantations prévues varient en fonction de l’environnement des ambiances désirées. On dénombre trois types de paysage.

• Humide : près des cours d’eau, tels les boulevards de Beauvillé et d’Alsace-Lorraine ou les rues des Déportés et de la Résistance. On trouvera ici, entre autres, des tilleuls à grandes feuilles, des aulnes de Spaeth, des arbres aux mouchoirs ou des chênes de Shumard.

• Urbain : le centre-ville, les boulevards intérieurs sud, les faubourgs. Avec des platanes à feuilles d’érable, des sophoras japonais, des hêtres communs, des chênes à feuilles de châtaigner ou des cèdres du Liban.

• Forestier : les espaces pavillonnaires, telles les périphéries nord et sud. Y seront plantés des pins sylvestre, des chênes chevelus, des féviers d’Amérique, des gingkos biloba et des bouleaux de Chine.

 

//Jean-Christophe Fouquet