Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Nemo fait son chemin © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

25.09.2019

JDA 923

Avec une fréquence des Nemo toutes les dix minutes, la circulation des bus à haut niveau de service (BHNS) s’est améliorée depuis cet été. « Progressivement, les bus Nemo fonctionnent sans difficultés majeures », a constaté Alain Gest, en préambule du conseil d’Amiens Métropole du 19 septembre. Désormais, les remorquages sont rares, les bus plus ponctuels et les réclamations enregistrées à la rentrée de moins en moins nombreuses. Entre 35 et 37 BHNS roulent chaque jour. Objectif : atteindre les 39. Concernant la vente de billets, le distributeur en panne à la gare sera remplacé. Pour monter dans un BHNS, on peut acheter un billet à un distributeur mais aussi dans certains commerces d’Amiens ou aux arrêts de bus auprès des contrôleurs. Dans les Nemo, les chauffeurs ne distribuent pas de billet (JDA #921).

 

SYNCHRONISATION DES FEUX
« Le service rendu à la population doit être le meilleur possible. En mai et juin, il n’était pas bon », a reconnu Alain Gest. Dans la lutte contre le réchauffement climatique, « l’enjeu est de convaincre la population de choisir ce mode de transport. Ça ne veut pas dire que la circulation automobile sera sacrifiée ». L’occasion de rappeler que certains axes présentent des difficultés « sérieuses » liées notamment à une mauvaise synchronisation des feux. « Dans certains périmètres, il y a trop de feux rouges successifs. Dans d’autres, les feux verts ne durent pas assez longtemps. » Des réunions de travail seront organisées avec les entreprises en charge des travaux. « La réussite du BHNS ne sera réelle que lorsque la circulation automobile aura retrouvé un fonctionnement normal », a conclu Alain Gest sur ce sujet.

 

LE TGV EN 2025
Le président d’Amiens Métropole n’a pas oublié d’évoquer aussi la question du train. Il souhaite rencontrer Jean-Pierre Farandou, actuel président de Keolis qui succédera début 2020 à Guillaume Pepy à la tête de la SNCF. « Sur la ligne Amiens-Paris, les trains sont en retard, annulés et sales. C’est inadmissible. » Le combat pour l’arrivée du TGV à Amiens en 2025 se poursuit également. En août, un courrier du président de la République rappelait son engagement dans la réalisation de ce projet. Un projet « capital » pour l’attractivité d’Amiens et de son agglomération.

//Lysiane Voisin

 

Aussi à l’ordre du jour

Des emplois à l’espace industriel nord

Amiens Métropole versera une subvention d’un montant maximum de 54 000 € à l’entreprise EMI spécialisée dans les installations de chauffage, ventilation, climatisation, système d’eau glacée et plomberie. La société prévoit l’embauche de 18 personnes en CDI. Une aide de 102 000 € est aussi apportée à Sidem, société d’équipement électrique qui recrutera 34 collaborateurs en CDI. Ces embauches s’effectueront sur trois ans avec une garantie de maintien des postes au minimum pendant deux ans. 

Du matériel pour les TPE

Amiens Métropole a accordé 21 949 € à sept très petites entreprises (TPE) pour les aider à investir dans du matériel.

L’adresse des entrepreneurs

Début novembre, un nouveau lieu d’accueil sera à la disposition des entrepreneurs au Quai de l’innovation (93, rue du Hocquet). Portée par Amiens Métropole, cette plateforme à l’accompagnement et à la création d’entreprise bénéficiera du soutien de nombreux partenaires : la Chambre de commerce et d’industrie Amiens-Picardie, la Chambre de métiers et de l’artisanat des Hauts-de-France, Initiative Somme France Active Picardie, la BGE, l’Adie, Amiens Cluster, La Machinerie, CitésLab et Positive Planet. Ils ont signé une charte d’engagement pour trois ans.

À noter

Prochain conseil d’Amiens Métropole le 24 octobre, à 18h, salle des assemblées de l’hôtel de ville. Ouvert au public et en direct sur amiens.fr