Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le 7 février, les élus d’Amiens Métropole ont voté le principe d’une concession de service public pour la gestion de Mégacité, qui va en outre faire l’objet d’une réhabilitation. 

Nouvelle page pour Mégacité  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

27.02.2019

JDA 904

Le centre d’exposition et de congrès Mégacité implanté sur 35 000 m2 à l’ouest d’Amiens est géré depuis 1997 par des prestataires sous forme de délégation de service public. Le 31 décembre 2019, le contrat de trois ans qui lie Amiens Métropole à GL Events arrivera à son terme. Lors du conseil métropolitain du 7 février, a été abordé l’avenir de « ce site dégradé et difficile à entretenir », selon Pascal Fradcourt, vice-président d’Amiens Métropole délégué au développement économique. Les élus ont approuvé le choix d’une concession de service public pour une durée de vingt-deux ans. Un nouveau mode de gestion qui présente des avantages pour la collectivité, notamment le financement à parts égales des travaux tout comme l’exploitation du site par le gestionnaire privé qui sera choisi. En effet, malgré les 3 M€ investis par Amiens Métropole et GL Events depuis 2010 pour assurer sa maintenance et son entretien, Mégacité présente de nombreux problèmes. Bâti en 1984 et agrandi en 2006, le site a même fait l’objet d’une interdiction temporaire d’ouverture en juillet 2015.

 

VÉTUSTE ET INADAPTÉ

Vétusté, fissures causées par l’instabilité des sols marécageux, halls énergivores couplés à une baisse de la fréquentation sur les différents événements (126 423 visiteurs en 2017 pour 135 manifestations) ont amené Amiens Métropole à lancer deux études. L’une menée par Ernst & Young sur l’avenir du site, la seconde par la société SCET sur le tourisme d’affaires, « un secteur très concurrentiel », appuie Pascal Fradcourt. La première étude a montré que « Mégacité n’avait pas à se positionner sur les manifestations de moins de 250 participants », pouvant être accueillies dans des lieux plus adaptés comme le Quai de l’innovation ou le CHU, et que le site devait se recentrer sur les salons, les conventions et les congrès.

 

UNE RÉHABILITATION À 28 M€

L’étude de la SCET a pointé l’absence de desserte TGV, le manque d’offres hôtelières à proximité et l’image obsolète et vieillissante du site. Différents scénarios ont alors été envisagés. De la réhabilitation à la démolition-reconstruction totale ou partielle, jusqu’à la construction d’un nouveau site proche de la gare. Au regard des différents éléments, la collectivité s’est arrêtée sur une opération de rénovation et d’optimisation de Mégacité, avec l’augmentation du nombre de salles de réunion pour les congrès. Soit 10 000 m2 à reconstruire et 2 000 à rénover pour un montant de 28 M€. Proche de l’autoroute et disposant d’une large capacité de parking, « le site sera désormais plus accessible grâce à la ligne du bus à haut niveau de service, a ajouté Alain Gest, président d’Amiens Métropole. La proximité du parc zoologique, en pleine mutation également, et ce nouveau centre de congrès devraient par ailleurs favoriser l’implantation d’un hôtel ». Inauguration prévue pour 2022.

//Coline Bergeon

 

Aussi à l’ordre du jour

 

Collecte des huiles alimentaires en déchetterie

Amiens Métropole, labellisée Territoire zéro déchet zéro gaspillage par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), poursuit son programme de réduction et valorisation des déchets. Elle lancera prochainement un appel à candidature pour la collecte et le recyclage des huiles de friture dans les déchetteries. Cette structure devra proposer une solution innovante en lien avec l’économie sociale et solidaire.

 

Des aides pour le logement

Amiens Métropole soutient l’accession sociale à la propriété et a adopté la mise en place d’un nouveau dispositif, la création d’un prêt à taux zéro local – le Pass accession Amiens – qui interviendra en complément du prêt à taux zéro accordé par l’État. D’autre part, la collectivité souhaite mettre en place des aides en faveur de la rénovation des logements situés sur le territoire métropolitain dans la continuité de son programme d’intérêt général de lutte contre le mal logement qui a pris fin en décembre. Ces aides financières, complémentaires à celles de l’Agence nationale de l’habitat, visent à soutenir les travaux lourds de réhabilitation des logements indignes ou très dégradés.

 

À NOTER

Prochain conseil d’Amiens Métropole le 21 mars, à 18h, salle des assemblées de l’hôtel de ville. Ouvert au public et en direct sur amiens.fr.