Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

TOMAS SIMONSEN ET BAPTISTE BRUCHE PARTAGENT À LA FOIS LA MÊME COLOC ET LE HAUT DE L’AFFICHE. ILS INCARNENT LE NOUVEAU VISAGE DU HOCKEY AMIÉNOIS.

Pépites néogothiques © Antoine Caux
Tomas Simonsen, 19 ans, et Baptiste Bruche, 21 ans

08.12.2021

Son nom sonne danois ou norvégien. Même l’orthographe du prénom, Tomas sans h, semble trahir des origines scandinaves. « Non, non, rien. Moi, je suis de Courbevoie. »
À tout juste 19 ans, Tomas Simonsen ne s’embarrasse pas de réponses longues. Instinctif, comme devant le but. Meilleur pointeur et désigné meilleur joueur des Gothiques en novembre, Tomas Simonsen impressionne mais garde la tête froide. Ce mois-ci, il s’envole pour l’Estonie disputer les championnats du monde U20.
Les vidéos de ses buts circulent. « Ouais, j’ai juste regardé une fois », se contente celui qui entame sa quatrième année à Amiens après un passage à Rouen. Lui parle de « déclic » pour expliquer son état de forme. « J’ai plus la vision du but que de la défense. Je finis bien devant la cage. » « Ce qui impressionne chez Tomas, c’est sa régularité, loue Anthony Mortas, son entraîneur. On voit bien que ce n’est pas un feu de paille. » On transmet le compliment à l’intéressé : presque de marbre, tout en esquissant un sourire. « Je ne me prends pas la tête. Je vis au jour le jour. »

BRUCHE AVEC LES BLEUS

Au jour le jour, Tomas Simonsen vit surtout avec Baptiste Bruche, son colocataire et coéquipier avec qui il enquille les matchs et les résumés dans l’appartement. Un poil plus vieux (il aura 22 ans le 27 janvier), Baptiste Bruche, natif d’Amiens, est un pur produit local. Il patine vite, presse l’adversaire. Et s’absentera aussi de la coloc du 14 au 19 décembre pour aller en Pologne avec le collectif espoir de l’équipe de France. « Un premier stage senior en bleu, c’est super. » « C’est toujours bien d’aller voir ailleurs, de casser la routine », encourage Mortas qui adore le côté « positif » de son joueur : « C’est un passionné ». Du genre à continuer de jouer avec les anciens du club une fois la saison terminée. « Ici, c’est mon club, ma ville. Moi, je continue de travailler. » Et d’améliorer sa cote auprès du public.

//Antoine Caux

  • Amiens / Chamonix Le 10 décembre, à 20h15, au Coliseum
  • Amiens / Cergy-Pontoise Le 12 décembre, à 20h15, au Coliseum 28e et 29e journées de Ligue Magnus