Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La Cie Alexandre explore les rouages des violences conjugales à travers Hedda. Un “seul en scène” fort et subtil à découvrir à la Maison du théâtre. 

Plongée dans la violence  © D.R.

29.01.2020

JDA 937

« On ne parle jamais de la peur. On ne parle pas de cette peur-là sans visage. Qui arrive sans crier gare et grossit comme une tumeur à l’intérieur du bonheur. » Rompre le silence, sans jugement ni manichéisme, donner la parole à la victime comme au « monstre ». Pour comprendre comment la honte, les coups, la terreur naissent dans l’amour. Et comment celui-ci peut s’en nourrir. Dans un décor aux tons bleus – comme les veines, l’eau, le froid, les hématomes... –, Lena Paugam, comédienne et metteuse en scène de la Cie Alexandre, incarne Hedda, personnage central de cette pièce éponyme librement inspirée de la figure d’Hedda Nussbaum.

 

SANS COLÈRE NI PATHOS

L’histoire de cette femme, auteure de Surviving Intimate Terrorism (Survivre au terrorisme intime), fut l’un des tout premiers cas de violences conjugales médiatisés aux États-Unis. À partir de ce drame et d’improvisations, l’auteure Sigrid Carré-Lecoindre, pianiste de formation, a composé une partition ciselée, poétique et sensible, dépourvue de toute colère et de pathos. Une œuvre forte et ambitieuse qui n’offre pas de réponse simple mais qui, en alternant les points de vue, tend vers l’objectivité, quitte à déranger parfois.

//Coline Bergeon

Hedda, le 6 février, à 19h30, à la Maison du théâtre

03 22 71 62 90