Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Face à l’évolution du marché de l’immobilier, la Ville d’Amiens expérimente une aide financière à la réunification de maisons jusque-là divisées en plusieurs logements. 

Pour des maisons amiénoises pleines et entières  © Sébastien Coquille / Amiens Métropole
De nombreuses maisons ont été divisées et transformées en logements étudiants. Aujourd’hui vacantes, l’idée est de les réunifier pour répondre aux besoins des familles.
© Sébastien Coquille / Amiens Métropole

12.02.2020

JDA 939

Le 13 février, le conseil d’Amiens Métropole aura à son ordre du jour un “permis de diviser” afin de réguler le morcellement du patrimoine immobilier. Une semaine plus tôt, l’assemblée municipale réunie le 6 février a dans le même esprit adopté un dispositif d’aide pour le regroupement, au sein d’une même maison, de logements collectifs en un logement unique. « Actuellement, des gens peinent à louer ces amiénoises divisées, qui restent vacantes », a resitué Jean-Christophe Loric, adjoint délégué à l’urbanisme et au logement pour tous. Suite aux récentes constructions de résidences universitaires, les étudiants disposent en effet d’une offre de logements enrichie, les détournant de ces habitations divisées. Alors que, au contraire, « des familles peinent à se loger ».

 

S’ADAPTER AUX BESOINS DES FAMILLES

Ce dispositif expérimental – « À notre connaissance, cela n’existe pas ailleurs », a indiqué le maire d’Amiens Brigitte Fouré – vise à lutter contre les « marchands de sommeil » tout en « gardant de la souplesse ». Concrètement, une aide de 1 000 € sera accordée par logement regroupé. Elle pourra être doublée par celle à la rénovation énergétique de l’habitat. Illustration de Jean-Christophe Loric : « Si une même maison passe de six logements à un seul, soit cinq logements de moins, l’aide pourrait atteindre 10 000 en cas de travail sur la performance énergétique ». Dans un premier temps, une enveloppe de 100 000 € est allouée au dispositif, pour « analyser comment les Amiénois réagissent ». « Nous verrons à l’usage s’il y a lieu de le modifier, a précisé Brigitte Fouré. Notre objectif est qu’il n’y ait plus de logements inhabités. »

//Jean-Christophe Fouquet

 

Aussi à l’ordre du jour

Bye bye Michou


Une minute de silence a été sollicitée par Brigitte Fouré en hommage à Michou, cet « homme sensible qui toute sa vie sera resté un enfant d’Amiens » décédé le 26 janvier.

 

La médiathèque d’Étouvie se profile

L’adjointe au secteur Ouest Nedjma Ben Mokhtar a présenté la future médiathèque d’Étouvie (lire ici l’article du JDA #928), avenue de Bourgogne, dont les travaux d’environ 4,3 M€ doivent débuter fin 2020 pour une mise en service début 2022. Un équipement « singulier et facilement identifiable, fédérateur et convivial » très attendu. Ses 1 000 m2 accueilleront aussi le Point information jeunesse et un jardin de lecture. Le tout dans une structure « transparente, pour supprimer les barrières et inviter à y entrer ».

 

Solidarité avec l’Australie

Suite aux incendies ravageurs de l’été australien, la Ville d’Amiens souhaite « apporter, au regard des profonds liens qui nous unissent, son soutien face à l’ampleur du désastre », a resitué Brigitte Fouré. 5 000 € seront ainsi versés à l’association Trees for Life pour la plantation d’arbres.

 

Protéger l’écrin de monuments

Deux projets de création de périmètres dénommés Henriville et Petit-Faubourg-de-Noyon ont été validés par l’assemblée. Ils comptent des édifices classés parmi les monuments historiques : le Cirque, la Maison de Jules Verne, l’église Sainte-Anne, le couvent de la Visitation Sainte-Marie, le pavillon d’Octroi et la maison Acloque. « Il s’agit ainsi de protéger leur écrin, le patrimoine qui les entoure », a résumé Jean-Christophe Loric, adjoint délégué à l’urbanisme.