Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Frédéric Lajoux n’est arrivé à Amiens qu’il y a trois ans. Pourtant, ce lorrain de 45 ans est un grand défenseur de sa ville d’adoption et croit en son avenir. Au point de devenir le président d’Amiens Cluster. 

Profession de foi  © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
« Amiens est entré dans l’ère des possibles »
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

15.11.2017

JDA 856

A peine arrivé au deuxième étage du 93, rue du Hocquet, Frédéric Lajoux s’est empressé de tomber la cravate. Signe de décompression. Ce jour-là, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes était au Quai de l’innovation. Et il assurait la visite. Une bonne raison d’enfiler un costume. « Mais c’est plutôt rare, précise-t-il. Sur le terrain, c’est souvent jean et baskets. » S’il accueillait Marlène Schiappa, c’est qu’il est depuis septembre le président d’Amiens Cluster. Directeur territorial d’Enedis, et impliqué à ce titre dans la création des trois clusters (ÉnergeiA pour l’autonomie énergétique, Le Bloc dédié à l’e-santé et ADN consacré aux usages numériques), il a été élu pour deux ans.

LA PASSION DE RIGUEUR

C’est en 2014 que ce Lorrain a quitté sa terre natale pour prendre la tête d’Enedis Picardie, au moment où « nous traversions un changement profond de mutation numérique qui devait impacter les secteurs industriels et imposait de réfléchir à une transition énergétique ». Il pose ses valises à Rivery, « dans un quartier pluriel et plaisant avec un petit jardin. Indispensable quand on quitte les grands espaces vosgiens. On m’avait vendu la région comme peu attractive. C’est tout le contraire ».

OPTIMISTE ET CONVAINCU

Féru de littérature et d’écriture – un carnet de notes jamais loin –, passionné de philo, amateur de bon vin (« de préférence les bourgognes ») et fidèle à l’amitié incarnée par un réseau « d’amis picards formidables », ce quadragénaire est aussi « un optimiste viscéral. Un prétexte pour vivre l’instant présent ! La Lorraine a beaucoup souffert et a su se relever. J’ai foi en l’avenir, en la résilience d’Amiens qui trouve un second souffle en réarmant son tissu économique ». Frédéric Lajoux sait la ville dotée d’atouts : sa géographie, son université, son pôle recherche et « son projet politique qui crée un cadre de vie agréable et dynamique ». C’est dans cet état d’esprit qu’il a intégré Amiens Cluster. Et participe à développer des filières d’excellence afin que le territoire grandisse et produise de la croissance.

S’OUVRIR À L’INTERNATIONAL

Parmi ses missions : trouver des financeurs « qui aideront par exemple la startup DeuxCinqUn à développer ses panneaux de chantier connectés ou le laboratoire de réactivité et chimie des solides à sortir ses batteries du futur autour du Hub de l’énergie... On ne peut pas passer à côté de ces innovations. Amiens est entré dans l’ère des possibles ». Qu’il s’agisse de s’ouvrir à l’international via un Davos de l’énergie, de développer des liens avec l’Australie ou de fédérer une plateforme financière pour favoriser les projets, Frédéric Lajoux n’a qu’une ambition : servir son territoire.

//Ingrid Lemaire