Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

D’ici 2023, une partie des logements de l’avenue de Picardie et ceux du square Émile-Thuillez seront démolis. La Sip rencontre actuellement les 96 familles à reloger. 

Relogement : la Sip à l’écoute  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
Avenue de Picardie, le bâtiment A deviendra une résidence de trois petits immeubles aux abords requalifiés.
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

13.01.2021

JDA 968

Fini les grands ensembles des années 70. À Étouvie, les partenaires du projet de renouvellement urbain (la Sip, bailleur historique du quartier, Amiens Métropole, la Ville, l’État, l’Agence nationale pour le renouvellement urbain, le Département et la Région) engagent d’importants travaux avenue de Picardie et square Émile-Thuillez à partir de 2022. Le bâtiment A sera transformé en résidence à taille humaine et le H démoli. L’objectif est de dédensifier le quartier et de proposer des logements qui correspondent davantage aux besoins des habitants. Car s’il y a cinquante ans beaucoup de familles nombreuses vivaient à Étouvie, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

 

ÉTUDIER CHAQUE SITUATION

Pour mener à bien ce projet, 96 familles doivent être relogées. « Nous rencontrons les habitants afin d’examiner leurs demandes et leur situation familiale. Nous essayons de répondre à leurs souhaits, en fonction des disponibilités de logements, explique François Huchot, chef de projet du renouvellement urbain à la Sip, qui constate au quotidien un fort attachement au quartier. De nombreuses familles vivent ici depuis longtemps. Bien entendu, beaucoup aimeraient être relogées dans une maison avec jardin mais les disponibilités sont rares. Certains locataires seront orientés vers les programmes d’accession sociale à la propriété qui proposent ce type de bien. »

 

UNE CHARTE À RESPECTER

Une charte de relogement a également été mise en place par Amiens Métropole et la Sip. Celle-ci stipule notamment que le relogement ne doit pas mettre le locataire en difficulté financière et qu’il doit favoriser la mixité sociale dans toute la ville. Et François Huchot d’ajouter : « Les familles ont souvent les mêmes exigences. Elles souhaitent un logement avec plus de confort, sans travaux, au calme et sans subir le stress du déménagement ». C’est pourquoi tous les frais de ce dernier seront pris en charge par la Sip. Au total, 46 millions d’euros seront investis pour poursuivre la mutation du quartier.

//Lysiane Voisin

 

Deux secteurs réhabilités

Le bâtiment A (156 logements) de l’avenue de Picardie est le plus long immeuble construit au cœur d’Étouvie. Il sera transformé en trois petits collectifs. Pour cela, 36 logements doivent être démolis. Les porches seront supprimés et les abords requalifiés. Il s’agit aussi d’ouvrir la rue du Morvan sur la place de Bourgogne et de supprimer le dénivelé dans ce secteur piétonnier. Square Émile-Thuillez, le bâtiment H (116 logements) ne répondant plus aux attentes en matière de taille, de confort et de performances énergétiques, sera démoli en 2023. Le projet à l’étude pourrait comprendre des logements locatifs et d’autres en accession sociale à 
la propriété. Des liaisons piétonnes sont prévues ainsi que la création d’une rue entre l’avenue de Bourgogne, l’école Léon-Lamotte et le square Thuillez.