Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le deuil, la famille et l’absence sont au cœur d’Un homme qui fume c’est plus sain, le 3 mars au Safran.

Remuer les cendres © Christian Berthelot
En 2017, la pièce a reçu le Prix des lycéens lors du Festival Impatience.
© Christian Berthelot

12.02.2020

JDA 939

Six frères et une sœur se retrouvent pour les obsèques de leur père. Certains sont restés proches du giron familial, d’autres sont partis vivre ailleurs. Réunie dans l’épreuve, la fratrie réapprend à se connaître. Qu’est-ce qui les a séparés ? Comment se parler après tant de silence ? Entre souvenirs, mensonges et pièges avoués, un secret sera révélé… Un homme qui fume c’est plus sain, du collectif Bajour, souligne la cruauté d’une société qui engendre souvent des inégalités.

 

RENCONTRE AVEC LES COMÉDIENS
Entre la sœur paumée, le frère intello et le gardien de la paix, les comédiens issus de l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Bretagne incarnent l’ascension sociale, la perdition, le bonheur des uns et le malheur des autres. Le public est invité à rencontrer la troupe à la fin de la représentation. Quant aux jeunes, ils se retrouveront le 4 mars pour un goûter philo. Charlotte Bally, professeure de lettres au lycée La Hotoie, mène au Safran depuis septembre des débats en lien avec la programmation du centre culturel. Il sera donc question de famille et d’absence.

//Ingrid Lemaire

 

Un homme qui fume c’est plus sain, le 3 mars, à 19h30, au Safran – Goûter philo, le 4 mars, de 14h à 15h30, pour les 8-10 ans, et de 15h30 à 16h45, pour les ados – 03 22 69 66 00