Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Cette rappeuse androgyne de 18 ans, repérée sur Youtube par Universal Music Publishing, a enchaîné avec le Printemps de Bourges et
 ouvrira le Festival Minuit avant la nuit le 22 juin, chez elle, à Amiens. 

Roxaane la princesse perce  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole
« Je fais souvent des mises à jour de moi-même »
© Laurent Rousselin / Amiens Métropole

05.06.2019

JDA 914

Elle avait cinq minutes d’avance au rendez-vous. A fait un tour dans la librairie d’à côté. Et dégoté On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset. « Je l’ai pris comme ça. Si ça se trouve, je vais lire trois lignes et ça va me saouler. » À 18 ans, Roxaane sait déjà que la vie file. Comme lorsqu’elle a reçu cet e-mail de l’éditeur Universal Music Publishing quelques semaines après avoir posté son entêtant Cœur brisé sur Youtube : « Les gens kiffaient, ils me disaient que le texte était fort. Moi, je ne me rends pas compte ». La vidéo a atteint les 300 000 vues. Son rêve. C’était il y a un an. Depuis, elle a délaissé – un peu – sa petite campagne familiale près d’Amiens pour Paris et le travail en studio. Abandonné son BTS audiovisuel option métier du son. Découvert la scène, celle de la Lune des pirates d’abord, pour gagner sa sélection parmi les 3 500 candidats aux Inouïs, la sélection des talents émergents du Printemps de Bourges où elle s’est produite en avril. « C’est dingue l’adrénaline de la scène. Je kiffe. »

 

FAN DE SAPES

D’après ses vidéos, on l’imaginait faisant la moue. Tout faux : dans son T-shirt XXL Wasted et ses Reebok vintage, elle pétille. Yeux bleu clair et boucles dorées, la frêle Roxaane lâche un sourire à chaque phrase. Parce qu’elle fait ce qu’elle a toujours voulu faire : « Créer, exprimer mes pensées. Être artiste est un vrai métier. C’est écrire, réfléchir tout le temps ». Parce que les parents, le grand frère, la petite sœur, papi, mamie « kiffent ». Pourtant « mon son est sombre. J’ai besoin d’être dans un certain mood (humeur, ndlr) pour écrire. Bon, ça parle de l’amour, de la mort, de la vie, des gens... », confie celle qui a longtemps tout fait dans sa chambre. Cette fan de sapes fait quoi d’ailleurs ? Du rap ? De la chanson ? « De la chanson inspirée de rap... je ne sais pas. Va falloir que je trouve les mots pour expliquer ma musique. Même moi, je n’y arrive pas... Je dirais que je fais du Roxaane. Je veux faire gaffe aux catégories. Ne pas être cataloguée. »

 

TOUT EST SOUS CONTRÔLE

On peut avoir 18 ans et être dans le contrôle. Pendant l’entretien, Roxaane – « avec plusieurs “a” pour « ambition, art, alone (seule, ndlr)... » – s’est souvent reprise : « Faut pas parler de ça ». Elle a même effacé de vieilles vidéos sur Youtube. Roxaane assume – « Je fais souvent des mises à jour de moi-même ». Elle pense « carrière », « pas juste un tube ». Couvée par son éditeur, cette fan de Xavier Dolan et des pâtes au gruyère l’affirme : « On m’a dit : “c’est toi le patron, c’est toi qui as le dernier mot”. » La sortie d’un EP (un disque avec cinq ou six titres) devrait arriver dans l’année. Elle fait secret de la date ? « Ça dépendra si le clip marche. » Roxaane porte le prénom de la femme d’Alexandre le Grand. Et n’en est qu’au début de sa fulgurante conquête.

//Antoine Caux