Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Dans une conjoncture délicate pour le secteur de l’habillement, les soldes lancés le 20 janvier débutent alors que les commerces ferment avant 18h. 

Soldes : coup de feu sous couvre-feu  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

20.01.2021

JDA 969

Lundi, 17h58, centre-ville. Les rideaux se baissent dans un mouvement presque simultané. Malgré le couvre-feu avancé à 18h, certains commerçants veulent garder leur sourire : « Allez, 18h, ce n’est pas la fin du monde », positive l’un d’entre eux. Il redoutait un reconfinement total. D’autres y voient « une double peine après cette année noire ». Les soldes d’hiver, déjà décalés du 6 au 20 janvier afin de permettre aux commerçants d’avoir assez de temps pour vendre à un prix plus juste, s’accommodent donc d’un couvre-feu mal venu du point de vue commercial. Et cela, au moment même où le stationnement gratuit en centre-ville à 17h30 entrait en service. « Je fais 30 % de mon chiffre d’affaires en fin de journée... », s’inquiète cette indépendante. « Les soldes, c’est la période où le commerçant peut vendre à perte. Outre de faire de la place, le but est d’écouler une collection pour acheter la suivante, a bien conscience Nathalie Lavallard, adjointe au maire d’Amiens déléguée aux commerces. C’est un moment important. »

 

OUVERTURE LES DIMANCHES

Selon la Fédération nationale de l’habillement (FNH), qui avait réclamé un report au 27 janvier, les mois de janvier et février représentent 18 % du chiffre d’affaires annuel dans le marché de la mode. Pour vider les stocks, les ventes privées ont fleuri dès début janvier dans les grandes enseignes. Car le secteur du prêt-à-porter et des chaussures souffre. Le commerce sur Internet n’a pas attendu la crise sanitaire pour devenir un réflexe de consommation. « À cette concurrence digitale, il faut ajouter aujourd’hui celle de la deuxième main, analyse Dorothée Lefèvre, chargée de mission commerce à Amiens Métropole. Les sites de revente d’occasion en ligne sont une catastrophe. Quand on achète en magasin, on fait vivre parfois un vigile, une vendeuse... tout un écosystème. » Et si l’ouverture des magasins avaient déjà été autorisée à Amiens pour le dimanche 24 janvier, le maire Brigitte Fouré a étendu la mesure jusqu’à fin janvier : « Nous souhaitons compenser une baisse de fréquentation ». Les soldes doivent durer jusqu’au 16 février.

//Antoine Caux