Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Alain Dupont dirige les calèches de Samarobriva. Ce cocher, amoureux des chevaux et d’Amiens, remonte les aiguilles du temps depuis vingt-cinq ans.

Sous les sabots, l’Histoire © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
« Je suis l’un des premiers interlocuteurs des touristes »
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

08.07.2015

JDA 766

Canotier sur la tête, petites lunettes, chemisette blanche, gilet et pantalon noirs… Le costume d’Alain Dupont est impeccable, tout comme son sourire. Une mise en scène assumée et sincère pour plaire aux clients et amorcer un voyage dans le temps. « S’il y a quelque chose qui cloche, ça se voit tout de suite », confie cet Amiénois d’adoption né dans la vallée de l’Authie, fondateur de l’association Les Calèches de Samarobriva. Et le charme opère en effet. Voilà vingt-cinq ans que ce désormais retraité de La Poste, passionné d’histoire, fait monter touristes et Amiénois, tous les jours et par tous les temps, dans sa calèche. « Je fais ça par pur plaisir, je ne pourrais pas en vivre, poursuit-il. J’ai promené plus de 170 000 passagers depuis mes débuts, 120 000 dans cette voiture-ci. » Cette calèche de 20 places, l’une des dernières conçues par Patrick Pierre, un artisan de l’Aube, il la bichonne autant que ses chevaux. Cet amour pour ses animaux, on le ressent à peine monté à bord. Jamais de gestes ni de paroles brusques… Tout dans la douceur et le respect. « C’est un vrai bonheur de travailler avec eux. Il faut les comprendre, penser “cheval”, anticiper les dangers au milieu de la circulation pour que le voyage se passe au mieux pour chacun. Ils savent que je ne les envoie pas au casse-pipe et me le rendent bien ! » clame ce petit-fils de maréchal-ferrant et de cultivateur.

 

HUMOUR ET ANECDOTES
Ce jour-là, Quita et Marquise, deux de ses neuf chevaux, font leur première sortie en ville avec un groupe venu du Havre. Pendant la demi-heure que dure le circuit, dont l’itinéraire change régulièrement « pour éviter la routine », Alain Dupont dévoile les charmes d’Amiens, « son histoire riche », d’une voix forte et assurée. Un discours simple, teinté d’humour, truffé d’anecdotes et de références à d’autres villes… Autant d’informations qu’il glane à droite et à gauche, dans les journaux ou lors de visites, et qu’il met à jour chaque année.
« Ce serait trop facile de conduire un petit train touristique et d’enregistrer mon speech, plaisante-t-il. J’aime la convivialité, l’échange. Je suis l’un des premiers interlocuteurs des touristes. » Pour les locaux, qui représentent 10 % de ses voyageurs, le point de vue sur Amiens et ses édifices vaut aussi le détour. N’hésitez plus, votre cocher vous attend tous les après-midi devant Notre-Dame.

 

//Coline Bergeon