Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Stravius, la retraite à point

Il en avait plein le dos, la discipline qui l’a révélé. Le nageur Jérémy Stravius quitte les bassins à 31 ans et 30 médailles internationales. Retour en cinq dates 

Stravius, la retraite à point  © Laurent Rousselin / Amiens Métropole

05.02.2020

JDA 938

1988 Il n’a que 4 mois quand il est placé en famille d’accueil à Friville-Escarbotin. Le destin : Henriette, sa nounou, habite en face de la piscine...

2011 Coup de tonnerre le 26 juillet, à Shanghai. Deux Français touchent ex-æquo le bord du bassin. 52’76 pour boucler 100 m sur le dos. Jérémy Stravius, tout juste 23 ans, partage l’or avec Camille Lacourt, un an après avoir fini dauphin du Marseillais à l’Euro.

2012 Aux jeux Olympiques de Londres, il reçoit l’or avec le relais 4 x 100 m nage libre sans disputer la finale. À Dunkerque, trois mois plus tôt, il n’était pas parvenu à se qualifier individuellement pour les JO. Un titre en solo qui le fuira.

2013 C’est l’année Stravius. Quatre titres de champion de France à Rennes. Puis quatre médailles mondiales à Barcelone dont deux en or en relais. Son dernier passage dans le relais du 4 x 100 m, où il grappille le retard, est resté dans les annales.

2018 Stravius et son coach fusionnel depuis 2007, Michel Chrétien, se séparent. Le second part à l’Insep à Paris. Le premier à Nice. Ça ne réveillera pas la flamme. Jérémy Stravius ne verra pas les JO de Tokyo cet été.

//Antoine Caux