Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Sur la route d'une étape mythique

L’ÉTAPE DU 14 JUILLET ENTRE DREUX ET AMIENS RAPPELLE CELLE D’IL Y A VINGT-CINQ ANS AU DÉPART D’ÉVREUX. ELLE AVAIT MARQUÉ L’HISTOIRE ET UN RECORD AU TABLEAU DU TOUR, CELUI DE LA PLUS RAPIDE JAMAIS COURUE.

a

04.07.2018

Le Tour aime les histoires autant qu’il les fait. Et si la venue de la Grande Boucle à Amiens, le 14 juillet, s’avance avec la promesse de vivre une grande fête nationale et populaire, elle fait d’abord défiler son inépuisable caravane à souvenirs. Car cette huitième étape du Tour 2018 célèbre un anniversaire : les 25 ans d’une précédente qui lui ressemblait fort. 1993, le peloton au départ d’Évreux traversait presque les mêmes contrées qu’en 2018. Exception à la règle, Amiens tiendra tête cette année-là aux sprinteurs. Pourtant le spécialiste en la matière, Mario Cipollini, en levant les bras sur le boulevard de Beauvillé, pensait bien s’être imposé en ce 9 juillet. L’Italien ignorait que Johan Bruyneel avait franchi la ligne en solitaire treize secondes avant lui, résistant au retour du peloton après s’en être échappé à 17 km d’Amiens. Lot de consolation : Super Mario s’emparait du maillot jaune dans la cité picarde.

49,417 KM/H DE MOYENNE

Comme ce sera le cas ce 14 juillet, les coureurs arrivaient du sudouest d’Amiens et avaient profité de vents dominants pour se tirer la bourre : 49,417 km/h de moyenne. Jamais une étape du Tour n’avait été aussi rapide. Vingt-cinq ans après, le vent pourrait de nouveau être une pièce maîtresse, selon le directeur du Tour Christian Prudhomme : « Franck Perque (Amiénois qui travaille pour Amaury Sport Organisation, lire p. 13, ndlr) m’a vendu un vent de trois-quarts dans les 25 derniers kilomètres, ce qui pourrait provoquer des bordures dans le peloton ». Les 181 kilomètres devraient être vite avalés jusqu’au boulevard Faidherbe. Pour battre un record ? Celui de 1993 l’a été en 1999 par… Mario Cipollini entre Laval et Blois. Le lendemain, il s’imposait à Amiens, prenant sa revanche de 1993. Oui, le Tour aime les histoires.

Antoine Caux