Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La rue est à Amiens, ordinairement programmé en juin, investira finalement le centre-ville du 24 au 27 septembre.

Tous dehors (enfin) © AugustinLeGall
Ça va être la Hakastrophe, avec les apprentis de la FAI-AR, mais pour le meilleur : changer le cours de la vie, et tout de suite.
© AugustinLeGall

16.09.2020

JDA 955

«L’édition 2020 de La rue est à Amiens, qui se tient exceptionnellement en septembre, n’est pas une version allégée de ce que nous aurions proposé en juin sans l’apparition du Covid », assure Philippe Macret. Pour le programmateur de ce festival des arts de la rue produit par le Cirque Jules-Verne, le maintien de cette 43e édition va offrir « une bulle d’air au public en manque de sorties et de convivialité. C’est aussi un acte militant pour soutenir les artistes et les techniciens ».

 

PLACES ASSISES ET ZONE D’ACCUEIL
Dès avril, rejetant l’idée d’une annulation, les équipes ont planché pour adapter le festival au protocole sanitaire. « Nous l’avons recentré en centre-ville et avons ajouté des dates pour respecter les distanciations physiques et éviter les gros rassemblements, précise Philippe Macret. La soirée prévue à la citadelle est ainsi déployée place Longueville, tandis qu’il a été impossible de préparer le Carnaval du monde élaboré chaque année avec les enfants, les familles et le secteur Ouest de la Ville. » Avec masques obligatoires et places assises de rigueur, les spectateurs seront invités à s’installer dans des zones d’accueil pour chaque représentation.

 

PERFORMANCES, CONTES ÉPHÉMÈRES…
Les festivités débutent dès le lundi avec Les Préalables. Du 21 au 24 septembre, de 14h à 17h, place René-Goblet, Hakastrophe sera orchestrée par les apprentis de la FAI-AR (Formation supérieure d’art en espace public) autour de performances interrogeant l’art et la catastrophe. À découvrir également : Proche, de l’Amiénois Bertrand Devendeville. Sa précédente création déambulatoire avec casques connectés a engendré de nouvelles réflexions. Les 23 et 24 septembre, à 14h30 et 16h30, place de l’Hôtel-de-Ville, sa Cie Balllad improvisera des contes éphémères participatifs avec chariot-vibraphone. Autre projet des Préalables, Les bâtisseurs cartonnent !  mené par l’artiste Olivier Grossetête, du 17 au 27 septembre (lire JDA #952 et #953). Patience, la suite du  programme dans le prochain JDA.

//Ingrid Lemaire

 

Proche : un chariot-vibraphone, des casques et des participants. Tous les ingrédients sont réunis pour laisser aller son imagination et improviser une histoire.

Tous dehors (enfin) © D.R.

 © D.R.

 

La Rue est à Amiens, du 24 au 27 septembre, en centre-ville et place Longueville
Les Préalables : Hakastrophe (la FAI-AR), du 21 au 24 septembre, Proche (Cie Balllad), les 23 et 24 septembre et Les bâtisseurs cartonnent ! (Olivier Grossetête), du 17 au 27 septembre

Programme complet sur cirquejulesverne.fr