Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La Ville d’Amiens renforce le plan particulier de mise en sûreté des écoles en installant un boîtier d’alarme supplémentaire. Il s’étendra aux établissements périscolaires d’ici deux ans.

Un système d’alerte multirisque © Sébastien Coquille - Amiens Métropole
Les 92 écoles amiénoises seront équipées d’un boîtier d’alerte comme celui posé dans l’école primaire Saint-Maurice A.
© Sébastien Coquille - Amiens Métropole

04.12.2019

JDA 931

Dans le bureau de la directrice de l’école primaire Saint-Maurice A, un boîtier d’alerte a été posé par la Ville d’Amiens. Il diffuse un message vocal audible par les élèves et les enseignants pour signaler l’intrusion d’une personne, prévenir d’un attentat ou ordonner le confinement. Les cinq classes sont également équipées d’une alarme reliée à la police municipale. « Nous allons programmer des exercices d’alarme afin de maîtriser son utilisation, indique Dominique Stacoffe, la directrice. Cet équipement est important pour gagner du temps, réagir rapidement et mettre les enfants à l’abri. Il rassure aussi les parents. »

 

DES MESURES DE SAUVEGARDE
Ce boîtier d’alerte en cours d’installation dans les 92 écoles amiénoises le sera également d’ici 2021 « dans les centres de loisirs ainsi que dans les cantines et les accueils périscolaires, détaille Bruno Legeard, ingénieur au service gestion des risques d’Amiens. 20 % des sites sont déjà équipés. Ce système est encore inédit. Peu de villes le mettent en place car la loi ne l’oblige pas ». Cette installation renforce ainsi le Plan particulier de mise en sûreté (PPMS) dicté par l’inspection académique, plan adapté à chaque école pour exécuter les mesures de sauvegarde des élèves et des personnels face à un risque majeur d’origine naturelle (tempête…), technologique (explosion…) ou d’urgence particulière (intrusion…). Le service gestion des risques d’Amiens peut accompagner les chefs d’établissement dans la rédaction et l’adaptation de leur PPMS, son application et le suivi des exercices d’entraînement. « Travailler avec la mairie nous permet d’adopter les bons comportements », ajoute la directrice. Pour compléter cette démarche, la Ville fournit des mallettes pédagogiques afin de se former aux méthodes de confinement. La sécurité avant tout.

//Ingrid Lemaire