Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le 17 juin, le réseau Ametis redevient payant, excepté le samedi, après cinq semaines de gratuité. Une nouvelle billettique plus souple et ajustée aux besoins de chacun

Un ticket pour les bus © Ametis
La carte GO ! propose la tarification solidaire ou le post-paiement. Une solution pratique et économe.
© Ametis

12.06.2019

JDA 915

1// UN TICKET RECHARGEABLE

© Fraco / Ametis

Le coût d’un trajet reste à 1,40 €, que ce soit en Nemo ou en bus classique. En revanche, le ticket étant désormais rechargeable, il coûte 1,50 € lors de l’achat initial – les dix centimes supplémentaires correspondent au prix du support rechargeable qui pourra être conservé par l’usager jusqu’à dix ans. Attention : lors d’un achat auprès d’un conducteur de bus (sauf dans les Nemo, où l’on ne vend pas de ticket), le coût grimpe à 1,60 €. À éviter, donc. « Cela doit devenir pour l’usager une solution de dépannage, explique Coralie De Rovere, directrice commerciale et marketing de Keolis, exploitant du réseau. L’idée est d’imprimer moins de tickets, de les faire durer et de fluidifier le service en réduisant les ventes par les chauffeurs. »

 

2// PLUSIEURS LIEUX D’ACHAT

© Damien Cuvillier / Ametis

Pour s’abonner une première fois et obtenir une carte GO !, il faut se rendre en agence, place Alphonse- Fiquet. Mais il est possible de la recharger dans les distributeurs automatiques, tout comme les tickets. Il y a une cinquantaine de distributeurs, dans les stations importantes et aux parkings relais. Les recharges peuvent aussi s’opérer dans les commerces équipés. Coralie De Rovere : « Ils sont repérables au logo Ametis suivi du visuel carte GO ! sur leurs vitrines. Les relais non équipés délivrent de simples tickets majorés de dix centimes ».

 

3// UN SYSTÈME DE POST-PAIEMENT

© Greg Blondin / Ametis

La carte GO ! se décline toujours en abonnements mensuels ou annuels (lire point 4), mais aussi en post-paiement. Avec ce système, la carte, gratuite et sans engagement, ne prélève le compte de l’usager que le 10 du mois suivant. Avantage ? « En fonction du nombre de trajets effectués, le prix se cale sur la tarification la plus intéressante, explique la directrice commerciale et marketing. Ce qui permet de prendre facilement le bus quand on le souhaite, sans avoir à acheter un titre. » Exemples : si l’usager effectue quatre trajets dans une journée, il paie l’équivalent d’un titre 24h, soit 4,30 € et non 5,60 €. S’il effectue dix trajets dans le mois, le prix débité passe automatiquement à 12 €, soit celui d’un ticket “dix  voyages”. Ce qui fait descendre le coût d’un trajet à 1,20 €, c’est-à-dire l’équivalent du tarif unitaire de 2014. Etc.

 

4// LA TARIFICATION SOLIDAIRE

© Laurent Rousselin - Amiens Métropole 

Le coût des abonnements se base d’une part sur un critère d’âge : moins de 18 ans, 18-25 ans, plus de 25 ans. D’autre part, scolaires exceptés, « ce n’est plus le statut (retraité, demandeur d’emploi, etc., ndlr) qui régule les prix, mais le quotient familial », explique Coralie De Rovere. Le calcul de ce quotient peut se faire auprès de la Caf ou d’Ametis à partir de l’avis d’imposition. Les abonnements sont par exemple gratuits pour les quotients familiaux inférieurs à 450 €. Mais si l’âge est mis à jour automatiquement par le profil d’abonné, ce n’est pas le cas des revenus. « Il faut donc revenir en agence une fois par an. Avant, pour les demandeurs d’emploi, c’était tous les trois mois ! » Cela peut aussi se faire par courrier à Keolis Amiens, Service Commercial, 9, rue Paul-Émile-Victor, 80136 Rivery.

//Jean-Christophe Fouquet

Infos complètes sur ametis.fr, par mail à ametis2019@keolis.com ou au
09 70 82 07 22