Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Une feuille de route sans dérapage  © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

06.02.2019

JDA 903

« Tout s’est bien goupillé », assure Cédric Lévêque à la direction des espaces publics d’Amiens Métropole. La vigilance orange liée aux épisodes neigeux et de verglas de la semaine dernière n’a pas empêché les services de la collectivité de rendre rapidement les voies à la circulation. « Ce fut plus compliqué dans la nuit du 29 au 30 janvier, car la neige s’est arrêtée de tomber tardivement, vers 6h30 du matin, précise-t-il. Ce qui nous a amenés à dépêcher notre équipe de renfort dès 8h. » Le plan de viabilité hivernale dont s’est dotée Amiens Métropole en 2013 a été lancé le 2 novembre dernier et s’achèvera le 29 mars. Durant cette période et par roulement, 80 agents sont sur le pont.

 

UN CONTRAT AVEC MÉTÉO FRANCE

Dans leur QG au dépôt du service voirie à la vallée Saint-Ladre, ils reçoivent, grâce à un contrat avec Météo France, les bulletins et les analysent. « Nous travaillons aussi en lien avec le conseil départemental, ajoute François Quignon, responsable du dispositif de viabilité hivernale. Nous recevons la synthèse des relevés météo réalisés par ses neuf agents patrouilleurs. Ce qui permet d’ajuster le timing, de savoir au quart d’heure près quand tombera la pluie ou la neige. » Les patrouilleurs d’Amiens Métropole disposent quant à eux depuis 2017 d’une voiture équipée d’une station météo embarquée. Un outil pratique qui relève les températures du sol et de l’air ainsi que le taux d’hygrométrie sans descendre du véhicule. Ils sont ainsi 17 agents d’astreinte chaque semaine (et donc la nuit) – quatorze conducteurs pour les sept camions (équipés de lames en cas de neige), un patrouilleur, un chargeur pour le sel et un cadre – prêts à agir en fonction des intempéries et de leur feuille de route sur sept circuits. « Il y en a quatre à Amiens et trois à l’extérieur, détaille François Quignon. Toutes les communes, exceptées pour le moment les six dernières à avoir intégré Amiens Métropole, en font partie. »

 

TROIS NIVEAUX DE PRIORITÉ

Ils sont classés en trois niveaux de priorité. Les voies empruntées par les Lianes du réseau de bus Ametis sont traitées en premier, de même que celles permettant de rejoindre l’espace industriel nord, la préfecture, le commissariat de police, les casernes de pompiers, les hôpitaux et les établissements scolaires. Les routes d’accès aux six zones d’activités, celles des autres lignes de bus et les liaisons entre les communes font partie du niveau 2. Viennent ensuite toutes les rues des quartiers résidentiels traitées de jour par les petites saleuses et les équipes à pied, soit une trentaine de personnes pour cinq secteurs. Notez qu’il revient en revanche toujours à chacun de déneiger devant sa porte pour éviter aux piétons de chuter. Enfin, en cas de situation de crise – « c’est-à-dire 15 centimètres de neige », c’est alors la préfecture qui prend le relais en lien avec la sécurité civile.

//Coline Bergeon

 

Infos et bulletins météo sur amiens.fr rubriques Vivre à Amiens/Mobilité

 

Neige et verglas, pas le même combat

Si le verglas peut se traiter en amont grâce au salage, la neige n’est déblayée qu’après coup, éjectée par les lames des camions quand elle atteint 4 à 5 centimètres. Les voies prioritaires doivent être rendues à la circulation sept heures après la fin des chutes des derniers flocons et six heures en cas de verglas. Le délai s’allonge donc pour les circuits “secondaires”.

 

EN CHIFFRES

800 tonnes de sel sont répandues en moyenne chaque hiver sur les 514 km de voies à
 la charge d’Amiens Métropole. Le dépôt de la vallée Saint-Ladre en abrite 1 100 tonnes.