Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Zabou Breitman, artiste associée à la Maison de la culture, traite de la fragilité humaine dans Logiquimperturbabledufou. Elle y dépeint les visages de la folie. 

Une histoire de fou  © Vincent Berenger
Zabou Breitman explore les frontières de la folie, où se frôlent l’absurde et la poésie
© Vincent Berenger

03.04.2019

JDA 909

Logiquimperturbabledufou. Un titre d’une traite qui raconte à lui seul beaucoup du spectacle de Zabou Breitman. L’actrice révélée dans les années 1990 (Une époque formidable, La Crise...) est passée derrière la caméra en 2002 avec Se souvenir des belles choses. Un film sur la perte de la mémoire récompensé par le César de la meilleure première œuvre. Également metteuse en scène au théâtre, elle crée aujourd’hui une pièce sur la folie, thème qui l’obsède depuis l’enfance. Elle y dirige quatre jeunes acteurs de moins de 25 ans, dotés d’une fougue rafraîchissante. Et s’est chargée en partie du décor, des costumes et des lumières pour cette création plus visuelle et conceptuelle qu’à son habitude.

 

UN COLLAGE DE TEXTES

Danse, acrobatie, art clownesque et chant participent à restituer les mots de Tchekhov, Lewis Carroll ou Shakespeare, mêlés en un collage de textes sur les formes de la folie. Le spectacle se réfère aussi à un documentaire sur la clinique de La Borde, située dans le Loir-et-Cher. Avec la liberté que permet le théâtre, Zabou Breitman accomplit un acte poétique à l’humour grinçant, qu’elle décrit comme « une variation sur le déséquilibre ». Bien que désignés comme fous, les personnages sont ancrés dans une vérité qui leur est propre. Singulière mais sensée. « Des situations hyperréalistes, au bout du compte sonnent comme surréalistes, observe Zabou Breitman. Comme si une reproduction ultra-identique faisait surgir toute la folie de l’existence humaine ». Un plaidoyer sur la fragile frontière entre la normalité et la folie.

//Candice Cazé

Logiquimperturbabledufou, les 23 et 25 avril, à 19h30, et le 24, à 20h30, 
à la Maison de la culture

03 22 97 79 77