Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La série de visites “un clocher, un village” du service patrimoine d’Amiens Métropole s’intéresse à la méconnue mais moderne église de Longueau. 

Une sacrée histoire 1 © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
Un bâtiment de béton et de pierre inauguré en 1963, dessiné par l’architecte Marcel Gogois qui participa à la création d’Étouvie et aux plans de la Maison de la culture.
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

21.11.2018

JDA 894

L’église au milieu du village... Dans les communes françaises, elle en est presque toujours le symbole. Presque. Car à moins d’y habiter, difficile de visualiser celle de Longueau. On relie facilement la deuxième commune de l’agglomération amiénoise (5 600 habitants) à sa rotonde et à ses trains, tant l’empreinte cheminote est forte dans cet ancien village de maraîchers devenu l’une des plus grandes gares de triage dès 1880. L’église Saint-Médard, située dans l’excentrée rue du Général-Gallieni, vaut pourtant le coup d’œil. Originale avec ses deux tours en façade, son clocher-mur et ce mât vitré. Un bâtiment de béton et de pierre inauguré en 1963, dessiné par l’architecte Marcel Gogois qui participa à la création d’Étouvie et aux plans de la Maison de la culture.

 

Une sacrée histoire 2 © Laurent Rousselin-Amiens Métropole

© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

 

TROIS ÉGLISES AVANT ELLE

À l’intérieur, s’y trouvent des inspirations de l’église Saint-Honoré d’Amiens à laquelle Gogois collabora ainsi que la cloche de l’ancienne église de Longueau en décor. « Elle avait été cachée dans la mairie au début de la guerre », raconte l’ancien maire Joël Brunet. L’église, alors située dans l’actuelle rue du Chevalier-de-la-Barre (torturé, décapité et jeté au bûcher pour blasphème en 1766 !), ne résista pas aux bombardements allemands en 1940. C’était déjà la deuxième église construite par les chemins de fer qui avaient démoli la première pour aménager les voies. Une troisième sera aménagée vers 1947. À l’angle des rues Victor-Camélinat et Albert-Gaillard, ce bâtiment appelé “l’église en bois” a conservé sa structure. Il abrite aujourd’hui des logements. Une sacrée histoire.

//Antoine Caux

 

Un clocher, un village


Le 25 novembre, à 15h

Rendez-vous devant l’église de Longueau – Payant

03 22 22 58 90