Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Figure emblématique de la vie associative amiénoise, M’hammed El Hiba, directeur de l’Alco à Amiens nord, transmet depuis plus de trente ans son ouverture au monde.

Une vie au service de la citoyenneté  © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
« Je souhaite transmettre et que ceux qui ont reçu transmettent à leur tour »
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

16.12.2015

JDA 781

En entrant dans le bureau de M’hammed El Hiba, un seul regard sur les tours Perret transformées malicieusement par un artiste local en église, mosquée et synagogue en dit long sur notre homme. Tolérance, médiation interculturelle, transmission… À 61 ans, le directeur du centre social et interculturel Alco, situé à Amiens nord, n’a rien perdu de sa fougue. Poussé à étudier par son père ouvrier, il a 19 ans quand il quitte Youssoufia, ville minière située au centre du Maroc. Après une année de fac à Rabat, « la situation culturelle et politique m’a poussé à partir à l’aventure », se remémore-t-il. En effet, entre les années 60 et 80, le Maroc traverse une période de répression et de violence, les “années de plomb”. « Je n’étais pas un révolutionnaire mais j’étais révolté », poursuit-il. C’est dans ce contexte qu’il arrive à Amiens pour suivre des études d’économie.

 

DES VALEURS DE SOLIDARITÉ
Son DEA en poche, vient le temps du choix. Partir ou rester ? Contrairement à son grand frère expert-comptable, rentré au pays après ses études, M’hammed El Hiba préfère la France. « Avec sa liberté de penser, de parole, la France représentait tout ce que le Maroc n’était pas à l’époque », pointe-t-il. Militant syndicaliste, c’est naturellement qu’il s’oriente vers le milieu associatif. Tout d’abord bénévole au sein de l’Alco, association créée en 1978, il en devient salarié en 1984. De fil en aiguille, il reprend les commandes du centre social et insuffle ses valeurs de solidarité et d’ouverture au monde.

 

LA FIERTÉ D’AIDER
Aujourd’hui, l’Alco rassemble onze salariés, neuf animateurs intermittents et onze bénévoles. Chaque année, ce sont près de 200 enfants qui y bénéficient d’un accompagnement à la scolarité. Sans oublier les ateliers, les interventions, le centre interculturel de documentation et de ressources… En mars, une ancienne habituée des lieux est venue saluer le travail de la structure : Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale. Une fierté pour celui qui l’aidait à faire ses devoirs après l’école. Mais les remerciements, M’hammed El Hiba ne court pas après. Pour lui, le plus important est ailleurs : « Je souhaite transmettre et que ceux qui ont reçu transmettent à leur tour. C'est de la solidarité citoyenne ! ».

//Stéphanie Bescond