Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Durant cinq jours, les Safra’numériques proposent une fascinante immersion dans le monde des possibles.

Virtu(ré)el © Tilt
Jeux d’ombres le jour, couleurs vibrantes la nuit : Tilt plante ses Papyrus devant le Safran.
© Tilt

11.03.2020

JDA 941

Du 17 au 21 mars, sur l’esplanade du Triplechaton, il sera difficile de rater les Safra’Numériques. Ce temps fort dédié aux arts numériques et aux nouvelles technologies revient en force pour la cinquième année. Tous les jours, une installation végétale et lumineuse animera l’espace tandis qu’une œuvre graphique monumentale habillera les immeubles alentour. « Cette année, nous commençons à habiter l’espace public, revendique Ikbal Ben Khalfallah, directeur du Safran. On invente des expériences artistiques en multipliant les partenariats avec des structures d’Amiens Métropole comme le centre de formation de l’ASC, la médiathèque de Cardonnette, Canopé, Mélodie en sous-sol, La Machinerie… »

 

13 000 VISITEURS EN 2019
5 500 spectateurs en 2015 et 13 000 en 2019 : les Safra’Numériques ne cessent d’élargir leur audience. « Au-delà de booster le quartier, notre ambition est d’éveiller l’intérêt, de faire se croiser les spectateurs et de rendre le numérique accessible au plus grand nombre. » Interrogation des sens, mise en abîme de la réflexion, interaction entre œuvre et public, immersion dans l’art : tout est là pour fasciner et provoquer l’imaginaire. Ces Safra’Numériques, ce sont 54 installations, spectacles, vidéos, expositions et ateliers explorant « le rapport entre le virtuel et la réalité ». À expérimenter. Et à applaudir. 

//Ingrid Lemaire 

Les Safra’Numériques (rue Guynemer) du 17 au 21 mars – 03 22 69 66 00
Programme complet sur amiens.fr/lessafranumeriques

 

Le Safran s’invite à la Maison

Virtu(ré)el © Michel Paysant

© Michel Paysant

Pendant les Safra’Numériques, la Maison de la culture déploie de son côté son festival Amiens Tout-monde du 16 au 26 mars. L’opportunité pour les deux structures de croiser leur programmation. Des rendez-vous des “Safra” sont ainsi présentés à la MCA. Big Sisters, performance chorégraphique de Théo Mercier et Steven Michel, interroge l’influence de nos objets connectés (le 20 mars). Avec Pangea, Simon Rouby propose, jusqu’au 17 mai, une installation immersive dans des images 3D tournées aux îles Kerguelen. A_tiste (photo), est un projet de l’UPJV, de l’Institut Faire Faces fondé par le Pr Devauchelle et de l’artiste Michel Paysant. Cette expo, visible jusqu’au 17 mai, met en relation autisme, art et communication via la technique de l’eyetracking.

 

// FUSION CHORÉGRAPHIQUE

Virtu(ré)el © S20

© S20

Le danseur et performeur japonais Hiroaki Umeda conçoit un show technologique lié au mouvement et la lumière. Le 20 mars, à 19h30. Dès 10 ans.

 

// GRAPHISME SOUS LES ÉTOILES

Virtu(ré)el © D. R.

© D. R.

Tous les jours, dès 18h, Distillerie d’images du Kolektif Alambik habille les façades de la rue Guynemer d’une immense toile à ciel ouvert.

 

// PORTRAITS D’HABITANTS

Virtu(ré)el © Cléa Coudsi et Éric Herbin

© Cléa Coudsi et Éric Herbin

Les artistes Cléa Coudsi et Éric Herbin ont filmé et enregistré des habitants d’Amiens nord afin de réaliser un documentaire et une installation. Harmonie contre-tendue tisse leurs histoires. 

 

// JEU COLLABORATIF

Virtu(ré)el © Studio Bruyant

L’installation Cairns du Studio Bruyant invite deux équipes à rester synchronisées pour éviter les obstacles, contrôler leur créature et récolter le plus de pierres possible.