Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Le thème du deuil, aussi personnel qu’universel, traverse Chiot de garde, création de la compagnie Yaena, en résidence jusqu’en 2021 à l’Espace culturel Picasso. 

Vivre, après tout  © Sébastien Coquille / Amiens Métropole

22.01.2020

JDA 936

À l’affiche de la saison jeune public, Chiot de garde est une pièce « primée aux Pays-Bas en 2011 et écrite avec des mots d’aujourd’hui », présente Julien Graux, le metteur en scène de la compagnie amiénoise Yaena. Elle raconte l’histoire de deux sœurs, Mara et Evi. La pièce démarre onze mois après le décès de leur père dans un accident de voiture. Wolf, un jeune voisin, prépare un exposé sur la mort et vient les questionner. Sans le vouloir, il va créer un déclic chez ces filles et leur mère, plongée dans un chagrin envahissant.

 

LEVER LES TABOUS

« J’ai eu un coup de foudre pour ce texte, révèle Julien Graux. Le rapport à la mort y est traité avec humour, tendresse et profondeur, sans voiler le sujet. » L’expression de l’innocence de l’enfance et le langage accessible rendent lisible une situation complexe. En s’appuyant sur la dimension sensible de tout être humain, la mise en scène convoque les raisons qui font que l’on résiste à accepter la perte. Chiot de garde lève les tabous, cherche à soulager la douleur, en avançant sans pour autant oublier. Bref, à réconcilier les morts et les vivants.

//Candice Cazé

Chiot de garde, le 23 janvier, à 14h, le 24, à 10h et 14h, et le 26, à 17h, à l’Espace culturel Picasso de Longueau – 03 22 50 34 34

Et le 7 février, à 20h30, au CSC Étouvie – 03 22 43 03 52

Dès 8 ans