Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Du 13 au 19 mars, Amiens sera capitale nationale de la Fête du court métrage. À retrouver : projections, tables rondes et ateliers pour tous les publics.

Amiens au cœur du court © D. R
Les 3 inventeurs, de Michel Ocelot (1980). L’un des courts métrages que le papa de Kirikou vient commenter le 16 mars au Ciné St-Leu.
© D. R

06.03.2019

JDA 905

Cette année, la Fête du court métrage, du 13 au 19 mars, prend ses quartiers à Amiens, sa capitale nationale 2019. Julie Gayet, vice-présidente de Faites des courts, fête des films, association chapeautant l’événement, est récemment venue rencontrer les acteurs locaux du cinéma. « Il est vital que le court métrage soit soutenu, estime l’ambassadrice, qui reviendra pendant la Fête aux côtés de grandes figures tel Michel Ocelot. C’est là que l’on découvre les jeunes auteurs. Que l’on cherche, que l’on teste. En court métrage, on se permet des choses totalement folles. »

 

PARTOUT EN VILLE
La Fête se déroulera dans différents endroits de la ville : accueil devant la mairie, rencontres, tournages en direct et réalité virtuelle à la Maison de la culture, ateliers scolaires à l’espace Camille-Claudel de l’UPJV… Et bien sûr des projections et débats dans les trois cinémas. Car « la Fête est née d’un rêve : remettre le court métrage dans les salles, endroits d’expériences collectives. Des courts seront ainsi projetés toute la semaine avant les films au Gaumont ». Ce qui n’empêche pas des séances dans d’autres lieux, par exemple à la bibliothèque Édouard-David ou à Coallia, rue Jean-Jaurès.

 

COUPS DE PROJECTEURS
Au-delà du court métrage, c’est tout le cinéma qui est fêté. L’occasion de rencontrer ses nombreux acteurs locaux, tels l’Acap, Archipop, Bulldog Audiovisuel, Carmen, la Fabrique d’images, les Faquins, Pictanovo, Zébulon… Lesquels mènent un travail quotidien de promotion du cinéma, d’aide à la production et à la diffusion ou encore d’initiation à l’image. Ce qu’approuve Alain Gest, président d’Amiens Métropole, partenaire de la Fête : « Nous sommes toujours à l’affût d’événements de portée nationale et tournés vers la jeunesse. C’est une pierre de plus à l’édifice du cinéma, aux côtés du Festival international du film d’Amiens ». La Fête du court métrage sera présente dans 3 300 communes, dont 35 villes ambassadrices. Et une capitale : Amiens.

//Jean-Christophe Fouquet

 

« En court métrage, on se permet des choses totalement folles »
Julie Gayet, vice-présidente de Faites des courts, fête des films.

© Bulldog Audiovisuel

 

Short success story

Au départ, il y avait la Nuit du court, pilotée par l’association amiénoise Bulldog Audiovisuel. Puis le Jour le plus court, opération relayée par le Ciné St-Leu. L’année dernière, ces forces se sont unies pour décliner localement la Fête du court métrage. Sa réussite a tapé dans l’œil de Faites des courts, fête des films, qui pilote nationalement l’événement avec le Centre national de la cinématographie. D’où le choix des Hauts-de-France comme région phare de l’édition 2019, d’Amiens comme capitale nationale de la Fête et de Bulldog Audiovisuel comme coordinateur local.

 

Quelques rendez-vous

13 mars, 19h, Maison de la culture : lancement en présence de Julie Gayet et des Talents 2019, entrée libre.
14 mars, 10h, Ciné St-Leu : atelier fond vert, entrée libre.
15 mars, 19h30, Bar du Midi : ciné-quiz, entrée libre.
16 mars, 14h, Ciné St-Leu : rencontre avec Michel Ocelot.
17 mars, 10h30, Maison de la culture : les ComiColor d’Ub Iwerks (photo), musique de GaBLé. Dès 4 ans, entrée libre.

© D. R

18 mars, 19h, Ciné St-Leu : Courts des palmés, quand les grands cinéastes tournent court.
19 mars, 17h30, Maison de la culture : 3e scène, Opéra de Paris, l’opéra sur Internet, entrée libre.

Programme détaillé dans les cinémas ou sur lafeteducourt.com