Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Ce 19 décembre, Amiens Métropole organise ses premières Assises du Tourisme aux côtés des professionnels du secteur. Des ateliers de travail sont prévus en janvier. Alain Gest, président d’Amiens Métropole, rappelle les atouts et les pistes de développement pour le territoire.

Amiens naturellement touristique © Noémie Laval
Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont augmenté le nombre de touristes étrangers.
© Noémie Laval

19.12.2018

JDA 898

JDA : À quoi vont servir ces Assises ?

Amiens naturellement touristique 1 © Laurent Rousselin – Amiens Métropole

© Laurent Rousselin - Amiens Métropole

Alain Gest : Tout d’abord, c’est un temps de réflexion avec tous les acteurs du tourisme, les représentants du pôle métropolitain et du comité départemental. La démarche sera pilotée par Cordula Riedel, directrice de l’office de tourisme d’Amiens Métropole. Hôteliers, restaurateurs, guides, directeurs d’office de tourisme ou de sites tels que le Musée de Picardie, le Zénith, Mégacité, les dirigeants de société de transport… sont conviés. C’est l’occasion de se poser toutes les questions sans tabou, de dresser le bilan et de se fixer de nouveaux objectifs.

 

Quels seront les axes de travail ?
Notre territoire dispose de nombreux sites attractifs comme la cathédrale et le spectacle Chroma qui a attiré 300 000 visiteurs l’année dernière, le zoo ou la Maison de Jules Verne. Mais lors de ces Assises, chacun pourra proposer ses idées pour créer de nouveaux produits, spécifiques à Amiens Métropole. Il est aussi important de construire des partenariats avec d’autres villes. Pourquoi ne pas associer des visites d’Amiens à la baie de Somme, à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne ou au musée des Abris à Albert ? Et même à Lille, qui est également une ville de court séjour.

 

La ville doit-elle encore se faire connaître ?
Nous avons créé la marque Amiens naturellement ! afin de développer la notoriété de la ville (JDA #890, nldr). Tout ce que nous organisons – le marché de Noël, la grande réderie, l’accueil du Tour de France, le projet Vallée idéale à Gare-la-Vallée… – contribue à la renommée d’Amiens. Nous intervenons également sur les salons professionnels. Et lorsque les touristes visitent notre ville, ils sont conquis. Il faut poursuivre nos efforts. La réhabilitation du zoo doit-elle conduire à réaménager l’esplanade de La Hotoie ? Comment développer l’image de Jules Verne ? Comment dynamiser le secteur du Zénith, de Mégacité et de La Licorne qui manque d’hôtels et de restaurants ? Ces questions seront abordées lors des Assises.

 

En quoi le tourisme de mémoire contribue-t-il à la notoriété de la ville ?
Les touristes étrangers sont en augmentation, notamment grâce aux commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Il faut conforter ces visites. Par exemple, nous avons tissé des liens très forts avec les Australiens qui viennent chaque année pour l’ANZAC Day. L’État a proposé qu’Amiens devienne la porte d’entrée du tourisme de mémoire dans le département. Il faut y réfléchir. D’autres opportunités se présentent comme les jeux Olympiques de 2024 à Paris. Le Coliseum ou Aquapole, le futur centre aquatique, peuvent attirer des fédérations étrangères. En outre, les spectateurs pourront trouver ici des hôtels et des logements moins chers qu’en région parisienne. Le tourisme, c’est du développement économique et surtout des emplois non délocalisables.

 

//Propos recueillis par Lysiane Voisin