Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Maîtriser l’endettement et assurer les investissements pour répondre aux besoins des Amiénois. Le budget 2019 de la Ville table sur « la proximité, le rayonnement et le développement durable ».

Budget 2019 : « Raison, prudence et vision »  © © Laurent Rousselin – Amiens Métropole
80 hectares, 2 000 logements. La Zac Intercampus, dont l’aménagement doit s’achever en 2025, continue de pousser et représente 2,45 M€ d’investissements en 2019.
© Laurent Rousselin – Amiens Métropole

19.12.2018

JDA 898

Le budget primitif 2019 a été soumis à l’assemblée municipale le 12 décembre par Benoît Mercuzot, adjoint au maire délégué aux finances. Un exercice qui, selon Brigitte Fouré, maire d’Amiens, « exige raison, prudence et vision » dans un contexte de contractualisation contraignante avec l’État (interdiction d’augmenter les dépenses de plus de 1,2 %). Les chiffres clefs : 134 M€ de dépenses courantes et 44 M€ d’investissements, « un niveau important au service de l’économie locale ». Mais aussi des Amiénois : « Proximité, rayonnement et développement durable constituent l’ADN de notre action », a poursuivi Brigitte Fouré avant de rappeler que « grâce à une gestion responsable nous respectons l’engagement de ne pas augmenter les impôts ».

 

DETTE MAÎTRISÉE

Benoît Mercuzot a regretté « la stagnation des dotations de l’État », à l’exception de la dotation de solidarité urbaine : « Cette dernière augmente, ce qui est une bonne nouvelle. La mauvaise, c’est que cela signifie que notre population est fragile ». D’où un « besoin croissant de service public », comme l’a dit Brigitte Fouré. Par ailleurs, si les impôts n’augmentent pas, leurs recettes, elles, sont en hausse grâce à la progression du nombre de logements. La Ville dispose d’une capacité d’autofinancement de 20 M€. Et ne craint pas l’endettement, a expliqué Benoît Mercuzot : « Une collectivité est considérée en danger quand il lui faudrait dix ans pour résorber sa dette. L’estimation pour la nôtre est de quatre ans. De même, la dette moyenne des villes de plus de 100 000 habitants est de 1 500 par habitant. À Amiens, nous sommes à 750 . Notre endettement est voulu, revendiqué et maîtrisé ».

 

SERVICE À LA POPULATION

En 2019, la Ville d’Amiens consacrera donc 2,35 M€ à la relocalisation du centre culturel Alco, 3,5 M€ dans la restructuration des Coursives, 2,45 M€ pour le développement de la Zac Intercampus, 3,1 M€ en faveur du logement social, 5,7 M€ à l’aménagement urbain et à la voirie, 1,5 M€ pour la Maison du petit enfant Germaine-Dulac, 3,3 M€ dans les écoles, les crèches et les centres de loisirs ou encore 2,2 M€ dans le déménagement de la production du Jardin des plantes. Des exemples parmi d’autres d’une politique dont, selon les mots de Brigitte Fouré, « la vocation est d’assurer le service à la population ».

//Jean-Christophe Fouquet

 

À NOTER

Prochain conseil municipal le 30 janvier, à 18h, salle des assemblées de l’hôtel de ville. Ouvert au public et en direct sur amiens.fr.

 

Aussi à l’ordre du jour

 

Recueillement pour Strasbourg

« L’horreur a encore sévi. » Suite à la fusillade de Strasbourg, la veille de la tenue du conseil municipal, Brigitte Fouré a demandé à l’assemblée de respecter une minute de silence pour témoigner de la « solidarité et de l’émotion des Amiénois ». Un renforcement de la sécurité sur le marché de Noël d’Amiens a été mis en place avec la préfecture de la Somme

 

Des mercredis de qualité

Un nouveau projet éducatif de territoire a été rédigé suite au retour à la semaine de quatre jours dans les écoles primaires. L’assemblée a ainsi approuvé sa charte qualité “plan mercredi”. Entre autres exigences énoncées par l’adjointe à l’éducation Mathilde Roy : « Ne pas perdre les liens créés entre les équipes éducatives et celles des accueils de loisirs périscolaires ».

 

L’affichage libre rénové

Patrick Pigout, adjoint délégué au secteur Centre et au commerce, a annoncé pour 2019 un plan de remplacement des emplacements d’affichage libre dans la ville, ainsi qu’un renforcement de leur surveillance afin d’éviter les dégradations et l’utilisation de ces espaces à des fins de publicités commerciales.