Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Créer pour se ressourcer

  • Amiens Sud
  • Culture & Patrimoine
  • Lien social
  • Exposition
  • JDA

Un collectif d’artistes dispense des ateliers auprès des résidents du foyer d’hébergement d’urgence La Passerelle. De beaux moments d’échanges.

Créer pour se ressourcer © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
« Cela fait du bien de voir des gens s’intéresser à nous, discuter avec nous, nous considérer comme des personnes normales », témoigne Abd Nabi. « Et en plus c’est passionnant », poursuit David.
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

13.06.2018

JDA 881

Route de Rouen, le réfectoire de La Passerelle alimente cœurs et âmes tous les jeudis matin depuis fin mai. Ses tables, calées en U, servent d’atelier à des artistes et à leurs élèves. Parmi eux, des assidus : Abd Nabi, Ardit, David, Pierre, Vayaha... Tous sont au foyer depuis des semaines ou des mois, venus d’ici ou d’ailleurs (Albanie, Angola, Soudan), accidentés de la vie en attente de jours meilleurs – et, le plus souvent, d’un logement pérenne. Ils dessinent, écrivent, peignent, impriment, collent, sculptent. Chris Bazireau, Ibticem Mostfa et Christiane Müller, du collectif Convergences, qui exposent leurs œuvres à La Passerelle depuis le 24 mai (avec la journaliste Sophie Crimon), les guident. Dans un multiculturalisme serein et ouvert.

INVESTIS ET CONCENTRÉS

« Cela fait du bien de voir des gens s’intéresser à nous, discuter avec nous, nous considérer comme des personnes normales », témoigne Abd Nabi. « Et en plus c’est passionnant », poursuit David, qui s’est intéressé à la thématique du cocon, dans les pas de Chris Bazireau. Le cocon comme « métaphore de La Passerelle, ce refuge où l’on se reconstruit », développe cette dernière. Investis et concentrés, les résidents et leur travail forcent l’admiration des artistes : « Je n’ai jamais vécu d’expérience aussi forte », assure Ibticem Mostfa. Quand l’exposition du collectif sera décrochée le 20 juin, leurs travaux prendront d’assaut les murs. Juste à temps pour la Fête de la musique – un autre art ayant sa place à La Passerelle.

//Jean-Christophe Fouquet