Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Décapante jeunesse

  • Amiens Centre
  • Culture & Patrimoine
  • Jeunesse
  • JDA
  • Maison de la culture
  • Spectacle
  • Théâtre

Le collectif Superamas dévoile Chekhov Fast & Furious. Une œuvre polyphonique et variable qui a enrôlé des jeunes de Maubeuge, Vienne, Reykjavik et... Amiens. 

Décapante jeunesse  © Nurith Wagner-Strauss
Chekhov Fast & Furious, patchwork sensible, offre ainsi de grandes variations selon le lieu de sa représentation.
© Nurith Wagner-Strauss

28.11.2018

JDA 895

Interroger le théâtre, le corrompre, le réinventer. Monter un spectacle comme un acte citoyen. Créer du lien. Le collectif d’artistes franco-autrichien Superamas, associé à la Maison de la culture d’Amiens depuis quelques saisons, surprend toujours par l’originalité de ses propositions impertinentes mêlant danse, théâtre, vidéo, installations... Pour sa dernière création, Chekhov Fast & Furious, le collectif a choisi de frotter un classique, Oncle Vania, à la vitalité et à l’interprétation de la jeunesse. À Vienne (Autriche), Reykjavik (Islande), Maubeuge et Amiens, ses membres ont encadré des volontaires entre 18 et 25 ans pour déconstruire cette pièce, se jouer des codes.

DES POINTS DE VUE DIFFÉRENTS

« Ils nous ont donné des outils, communs à tous les groupes, pour composer nos propres parties », décrit Samuel Grunenvald, élève au Conservatoire, enchanté par « cette manière de travailler ». « On a pris tous ceux qui se sont présentés, sans prérequis », pose Vincent Tirmarche du collectif. « À Maubeuge, des réfugiés qui n’avaient jamais fait de théâtre ont participé au projet », précise Samuel. À Amiens, le travail a commencé il y a quatorze mois avec une dizaine de jeunes, par un rendez-vous mensuel d’abord, puis une semaine de travail en avril et une autre à la Toussaint. Dans les quatre villes, les groupes ont offert leurs points de vue – « étonnamment différents » – sur cette pièce écrite par le Russe Anton Tchekhov il y a cent vingt ans, à un moment charnière de notre histoire, juste avant les deux conflits mondiaux.

LE SENS DE L’EXISTENCE

« Oncle Vania est utilisé comme un “prétexte”, appuie Vincent Tirmarche. L’œuvre traite des rapports entre les générations, de la vieillesse, de Sonia, nièce de Vania, héritière d’un passif et de normes sociales qui l’empêchent de se projeter vers l’avenir. C’est intéressant d’avoir le regard des jeunes en ce début de XXIe siècle. Ça a donné lieu à des discussions très riches et diverses sur le sens de l’existence, l’amour, la tristesse mais aussi le théâtre. » Une partie de ces échanges filmés est intégrée au spectacle. Les Superamas y jouent aussi leurs partitions. Dans chaque ville, les jeunes ont écrit des textes, créé une chorégraphie, en fonction de leurs talents et envies. Des propositions reprises à la lettre ou adaptées par chacun des groupes. Chekhov Fast & Furious, patchwork sensible, offre ainsi de grandes variations selon le lieu de sa représentation. Après Vienne en juin, Reykjavik et Maubeuge en novembre, Amiens livrera sa version du 5 au 7 décembre à la Maison de la culture.

//Coline Bergeon

Chekhov Fast & Furious,
 les 5 et 7 décembre, à 20h30, et le 6 décembre, à 19h30, suivi d’une rencontre, 
à la Maison de la culture

03 22 97 79 77