Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Ibticem Mostfa est une artiste à part. Avec Labiles Labyrinthes, ouvrage aux huit tableaux-poèmes, elle nous offre sa vision du labyrinthe. 

Dédale et des mots  © Éditions de la Librairie du Labyrinthe

09.01.2019

JDA 899

Dans l’œuvre d’Ibticem Mostfa, le labyrinthe devient une arborescence, une écriture poétique et musicale telle une calligraphie arabe qu’elle maîtrise à la perfection. Enfant, dans la salle de classe de son père, elle reproduisait déjà à la craie sur le sol les mots du tableau, pensant qu’elle dessinait. Elle n’avait que 3 ans. « Écriture, calligraphie, peinture et dessins sont faits pour être lus et regardés en même temps. Je suis une “auteure de tableaux”. Je m’interdis tout cloisonnement. C’est ainsi que se décline mon imaginaire », confie l’Amiénoise à la fois peintre miniaturiste, calligraphe et poétesse. Née à Moknine, l’artiste écrit aussi bien en tunisien qu’en français. La peinture est sa troisième langue. D’où cette simultanéité. En 1999, lorsqu’elle arrive à Amiens, elle se rend à la cathédrale. « Je me suis immédiatement sentie chez moi lorsque j’ai posé les pieds sur le labyrinthe. Et j’ai eu envie de travailler sur ce sujet. J’ai imaginé au fil du temps un conte dans les deux langues autour de migrations amoureuses avec des figures mythologiques. » Pas étonnant que ce projet ait séduit les éditions amiénoise de la Librairie... du Labyrinthe !

//Kaltoume Dourouri

 

Labiles Labyrinthes, d’Ibticem Mostfa (éditions de la Librairie du Labyrinthe)

 

Gilles Touati primé !

Créé en 1963 par le Groupement des écrivains médecins, le prix Littré du roman a couronné en 2018 Gilles Touati, chirurgien cardiaque au CHU, pour son premier roman La Vallée
des Térébinthes (JDA#870). Un succès doublement amiénois puisqu’il est paru aux éditions de la Librairie du Labyrinthe.