Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Benjamin Lazar met en scène sa dernière fantasmagorie à la Maison de la culture : une adaptation de L’Heptaméron de Marguerite de Navarre

Histoires à rêver debout © Joseph Paris

09.01.2019

JDA 899

Après avoir enchanté la Maison de la culture en février 2018 avec Traviata / Vous méritez un avenir meilleur, Benjamin Lazar y présente Heptaméron, récits de la chambre obscure. Le metteur en scène du Théâtre de l’incrédule adapte ici l’ultime œuvre de Marguerite d’Angoulême, sœur de François Ier, l’une des premières femmes de lettres en langue française. L’Heptaméron, publié en 1559 à titre posthume, s’inspire du Décaméron de Boccace. Dans ce récit du XIVe siècle, dix jeunes isolés dans un lieu clos pour échapper à la peste décident de tuer le temps en se racontant dix histoires. Dans la version de la reine de Navarre, un groupe d’hommes et de femmes confinés dans une abbaye à cause d’une brusque montée des eaux se distrait en se racontant chaque jour des histoires “vraies“. L’œuvre inachevée compte sept récits, d’où le préfixe grec hepta.

 

UNE SOCIÉTÉ ENTRE DEUX ÉPOQUES
L’adaptation de Benjamin Lazar les reprend mais en ajoute d’autres « recueillies par les acteurs eux-mêmes ». L’enchâssement des récits brouille l’espace et le temps, de même que l’apparition onirique des lieux imaginaires à mesure que les histoires sont dites. La prose et la poésie, l’enchevêtrement de langues étrangères, ajoutent à la confusion évoquant « une société entre deux époques – le XVIe siècle et la nôtre – et des pays différents », précise l’artiste associé à la Maison de la culture. Marque de fabrique du duo qu’il forme avec Geoffroy Jourdain à la création musicale, son Heptaméron laisse une place prépondérante à la musique. Les chanteurs des Cris de Paris interpréteront des madrigaux du baroque italien. Ces formes avant-gardistes et polyphoniques qui ont donné naissance à l’opéra illuminent le canevas de cette rêverie bercée d’amour. Une rêverie qui s’ouvre à Amiens du 14 au 18 janvier, avant d’enchanter les Bouffes du Nord et de partir en tournée.

//Coline Bergeon

Heptaméron, récits de la chambre obscure, les 14, 16 et 18 janvier, à 20h30, et les 15 (suivi d’une rencontre) et 17 janvier, à 19h30, à la Maison de la culture – 03 22 97 79 77