Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

L’autre formation amiénoise

Le chantier d’insertion de la Ville d’Amiens accompagne des personnes éloignées du travail vers le retour à l’emploi. Reportage aux abords de la Licorne. 

L’autre formation amiénoise © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

19.12.2018

JDA 898

Vendredi, par un matin polaire. Les terrains d’entraînement de l’ASC sont encore endormis. À l’heure où blanchit La Licorne, Moustapha se réchauffe en débitant du bois. Avec ses collègues du chantier d’insertion de la Ville d’Amiens, ce réfugié kosovar multiplie les allers-retours en brouette pour évacuer les arbres abattus plus tôt dans la semaine. La taille des saules est parfaite, « on l’a fait pendant que les joueurs s’entraînaient l’autre jour », raconte Moustapha. Lequel a aussi repeint le soubassement des tribunes à l’intérieur du stade cet été... « Travailler ici, c’est valorisant pour les gars », juge leur encadrant Fabien Lencauchez. Tous ont eu le droit à une invitation le 4 décembre pour le match Amiens / Monaco. Le chantier d’insertion de la Ville d’Amiens, ce sont 75 personnes en permanence, embauchées en CDDI (pour contrat à durée déterminée d’insertion). Des hommes et des femmes de tout âge qui travaillent vingt heures par semaine (du lundi au mercredi midi ou du mercredi après-midi au vendredi). Il y a les équipes maçonnerie, celles du second œuvre et celles des espaces verts. « On diversifie les activités pour développer de nouvelles compétences », expose le responsable du chantier Hervé Geroux.

 

ZACHARIE EN CDI

Ce service de la Ville s’appelle La Citadelle. Déjà parce qu’il y est basé. Et qu’il fut longtemps cantonné à la rénovation des remparts du bastion militaire. « Depuis quatre ans, les chantiers d’insertion s’élargissent, met en avant Alexia Garson, la chef de service. On travaille en relation avec l’ensemble des services de la collectivité et on intervient en renfort. » Engazonnement du cimetière de Montières, pose du revêtement de sol chez Orange Bank dans le bâtiment que le groupe loue à la Ville... « Notre mission est que les gars apprennent toujours quelque chose, se forment et retrouvent une cadence pour bosser à l’extérieur, explique le coordinateur David Lannoye. Quand ça arrive, on se dit que notre travail est utile. » Exemple avec Zacharie. SDF à Amiens après avoir fui le Cameroun, il a rejoint le chantier d’insertion. Aujourd’hui, il a un CDI en logistique, un logement et le permis de conduire.

//Antoine Caux

 

Repères

Vous avez dit CDDI ?

Pour contrat à durée déterminée d’insertion.

Pour qui ?

Sont concernés les jeunes 
de moins de 26 ans en grande difficulté, les personnes 
au RSA, les demandeurs d’emploi de longue durée,
 les travailleurs reconnus handicapés.

Combien d’heures ?

Un rythme de vingt heures par semaine de quatre 
à vingt-quatre mois.

Pour quelle rémunération ?

Au Smic horaire. Soit 690 € nets par mois pour vingt heures.

Pour candidater

citadelle@amiens-metropole.com