Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

La Manu, terreau de compétences

  • Amiens Centre
  • Développement économique
  • JDA

La Manu accueillera en septembre sa première promotion amiénoise en centre-ville. Cette école des métiers
 du numérique mise sur la motivation et l’excellence. Avec des perspectives d’embauche à la clef.

La Manu, terreau de compétences © Laurent Rousselin-Amiens Métropole
C’est au 70 de la rue des Jacobins qu’Alexandre Denurra ouvrira en septembre les portes de La Manu.
© Laurent Rousselin-Amiens Métropole

30.05.2018

JDA 879

Fort du succès de sa première école à Noyon, Alexandre Denurra, le fondateur de la Manu (pour Manufacture de compétences) implante un campus en plein cœur d’Amiens. La première promotion commencera sa formation le 17 septembre. En tout, une trentaine de personnes ayant déjà des affinités avec le codage et les métiers du Web. « Après l’expérience du campus dans l’Oise et trois promotions plus tard, nos étudiants affichent un taux de réussite de près de 100 %. 90 % d’entre eux ont trouvé un emploi six mois après », souligne Alexandre Denurra. La formation se prépare en six mois en présentiel ou en alternance sur douze mois. Elle débouche sur le titre professionnel de développeur logiciel, de niveau bac+2. Un titre d’État reconnu par les entreprises du secteur qui peinent souvent à recruter.

« DONNER LEUR CHANCE AUX TALENTS »

L’idée est que ces développeurs Web, full-stack ou intégrateur Web soient en mesure de travailler aussi bien dans l’univers digital des applications Web et mobiles qu’en communication ou gestion de projet. « Pour intégrer notre école, nous n’exigeons aucun diplôme ni expérience professionnelle. Notre sélection se fonde sur l’intérêt porté au codage et au numérique, et surtout sur la motivation et la précision du projet professionnel. Notre volonté est de donner leur chance aux talents », ajoute Alexandre Denurra. Des talents âgés d’une trentaine d’années et pour certains en reconversion professionnelle.

//Kaltoume Dourouri

lamanu.fr