Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Les flux, ça (se) compte

  • Amiens Centre
  • Développement économique
  • Mobilité
  • JDA
  • BHNS
  • Pacte Emploi Innovation

La startup amiénoise Webreathe a l’œil : sa solution de gestion de flux de personnes séduit les clients, notamment dans les transports. Elle équipera les bus électriques d’Amiens Métropole dès 2019. 

Les flux, ça (se) compte  © Webreathe
Webreathe propose une solution de gestion des flux de personnes appliquée aux transports.
© Webreathe

05.12.2018

JDA 896

La société a remporté l’édition amiénoise de Fundtruck, puis celle des Hauts-de-France. Et si Webreathe n’a pas décroché la palme à la finale nationale des startups le 15 novembre, à Bercy, où ne restaient que six candidats, l’aventure fut belle et ludique : « Dans un camion, comme un food-truck, nous devions enfiler un tablier et pitcher notre projet », sourit Nasrédine Chenoufi, créateur en 2015 du bureau d’études Wenius, très présent dans le marché des infrastructures ferroviaires, puis de Webreathe deux ans plus tard. Soit neuf employés en tout, la plupart à peine trentenaires, installés rue Vivien après avoir grandi dans les locaux de la pépinière Amiens le L@b’.

 

ADAPTER OFFRE ET DEMANDE

Webreathe propose une solution de gestion des flux de personnes appliquée aux transports. L’idée en est venue à Nasrédine Chenoufi très simplement : « Je prenais le bus tous les jours. Il était parfois bondé et inconfortable, parfois vide. En France, l’inadéquation entre l’offre et la demande joue dans le fait que 85 % des personnes prennent un véhicule personnel au quotidien, avec un fort impact écologique ». D’où la volonté de quantifier précisément les flux en temps réel. « Pour cela, nous avons conçu le hardware, les plus petites cellules de flux au monde. » Couplées à des softwares, ces cellules se veulent intelligentes : « Si une personne descend du bus pour en laisser sortir d’autres, elle ne sera pas comptée en remontant ».

 

COMMERCES ET ESPACES PUBLICS

Pour l’instant, Webreathe, en pleine levée de fonds, s’attaque aux transports en commun : trois villes et 61 bus cette année, 120 autres en 2019 a minima. Dont les 43 bus électriques Nemo du réseau d’Amiens Métropole. Par la suite, la startup entend se lancer auprès des commerces – combien de personnes passent devant la vitrine, y rentrent, que regardent-elles – et des espaces publics (« pour bien planifier les événements »). Tout cela dans le respect des libertés individuelles : « Personne n’est identifiable. Il n’y a ni homme ni femme, juste des +1 ou des -1 ». Et plus d’efficacité pour plus de confort.

//Jean-Christophe Fouquet