Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

De la gare au Coliseum, smartphone en main, on remonte le temps et l’histoire grâce à l’application Amiens gallo-romain développé par la start-up amiénoise Octus. Visites de cinq sites antiques. 

Samarobriva 
en réalité virtuelle 1 © Octus

13.03.2019

JDA 906

Des fouilles archéologiques du théâtre gallo-romain, avant la construction du siège d’Orange Bank dans le quartier Gare-la-Vallée, au Coliseum où se dressait jadis un quartier romain... Octus, start-up amiénoise, met les nouvelles technologies au service du patrimoine. Son application Amiens gallo-romain, gratuite et téléchargeable sur smartphone, nous plonge dans la découverte virtuelle de cinq sites emblématiques à l’ère de Samarobriva. Cette innovation culturelle mêle l’expérience à 360 degrés, la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Fruit d’une commande d’Amiens Métropole autour de son projet de BHNS, elle permet, selon Cyrille Chaidron, président d’Octus et archéologue de formation « de révéler l’invisible, d’explorer nos hypothèses de restitution du patrimoine amiénois à l’époque gallo-romaine tout en utilisant une technologie digitale en passse de devenir notre quotidien ».

 

UN AMPHITHÉÂTRE SOUS L’HÔTEL DE VILLE

Une fois l’application lancée, l’utilisateur est géolocalisé sur une carte d’Amiens référençant les cinq sites à visiter. Inutile de se déplacer : il suffit de cliquer sur l’une des icônes. Images et textes courts enrichissent l’exploration. Telle que l’apparition d’un amphithéâtre de 15 000 places enfoui sous l’hôtel de ville. « C’est une première technologique, précise Cyrille Chaidron. Nous avons redessiné l’amphithéâtre d’après deux fragments de chapiteau conservés au Musée de Picardie, les plans de l’archéologue François Vasselle datant des années 50 et les hypothèses développées dans les années 80 par Didier Bayard, conservateur à la Drac. » Ce travail de recherche approfondie a permis cette restitution spectaculaire. « Nous avons également émis l’hypothèse de l’existence d’un escalier monumental pour accéder aux coursives comme à Pompéi, poursuit le spécialiste. C’est toute la période romaine que nous pourrions restituer, comme les thermes antiques de la rue de Beauvais. Sur le plan archéologique, Amiens est l’une des villes les plus connues et richement documentées. »

 

MULTIPLIER LES PROJETS

Faire d’Amiens une ville pionnière dans le développement des technologies numériques autour de son patrimoine est l’une des ambitions d’Octus. « Nous pouvons recréer l’histoire du territoire, médiévale ou industrielle... Sur le plan touristique et à cinq ans des JO à Paris, nous avons une carte à jouer, assure Cyrille Chaidron. L’application pourrait être la première pierre d’un vaste projet touristique et culturel. » Elle peut servir de support pour les guides-conférenciers et devenir un outil pédagogique dans les écoles. Octus, incubée à Amiens Cluster au Quai de l’innovation, fêtera ses 2 ans fin juin. La start-up attire déjà les développeurs chinois et multiplie projets et partenariats. Musée virtuel d’objets en hologramme à partir des fouilles archéologiques pour le canal Seine-Nord Europe, modélisation en 3D d’un ancien château fort dans les Hauts-de- France, valorisation des œuvres d’un centre culturel belge... Octus écrit le patrimoine en 2.0.

//Ingrid Lemaire

 

L’AMPHITHÉÂTRE EN RÉALITÉ AUGMENTÉE

Sous l’hôtel de ville dorment les vestiges d’un amphithéâtre romain jadis au cœur de 
la ville comme à Rome. « À Samarobriva se déroulait une vie de péplum », imagine Cyrille Chaidron, à la tête d’Octus. Le site est visible en réalité augmentée ou en vision à 360°. Un plongeon au cœur de l’édifice reconstitué.

Samarobriva 
en réalité virtuelle 2 © Octus

 © Octus

 

LA VOIE ROMAINE EN 3D

Place René-Goblet, l’application restitue en 3D la voie romaine qui passait sous la rue des Otages et dont le tracé s’étendait de Boulogne à Lyon. « Cette voie marque les origines de
 la ville avec le développement du transport, précise Cyrille Chaidron. Un clic sur les pastilles renvoie à des fiches informatives. »

Samarobriva 
en réalité virtuelle 3 © Octus

 © Octus

 

SOUS LA PLACE GAMBETTA, LA VIE PUBLIQUE

Un forum doté d’une galerie de portiques, des boutiques et un temple impérial modélisés en 3D à partir de données archéologiques : sous la place Gambetta, se tenait la vie publique et politique, à proximité de l’amphithéâtre.

Samarobriva en réalité virtuelle 4 © Octus

 © Octus

 

LES FOUILLES À 360 °

Dans le quartier Gare-la-Vallée, sur une parcelle de 1 800 m2 enclavée entre le bâtiment Terralia et la halle Freyssinet où se construit le siège d’Orange Bank, les vestiges d’un théâtre romain du IIe siècle ont été exhumés ainsi que ceux de bâtiments plus anciens construits en l’an 70 de notre ère. L’application dévoile une étape des fouilles.

Samarobriva
 en réalité virtuelle 5 © Octus

 © Octus

 

LA VIE DE QUARTIER

À la place du Coliseum s’établissait la vie de quartier et familiale avec ses domus, maisons gallo-romaines généralement dotées d’un atrium (cour intérieure), d’un triclinium (salle à manger) et d’une cuisine. L’application en présente une modélisation en 3D.

Samarobriva 
en réalité virtuelle 6 © Octus

 © Octus