Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

STILL IN PARADISE

le 28 janvier 2019

Yan Duyvendak & Omar Ghayatt

PAYS-BAS Ӏ SUISSE Ӏ ÉGYPTE

Durée : 2h (Jauge limitée à 80 personnes) - À partir de 12 ans

Depuis Made In Paradise, créé par la compagnie en réaction à cette peur de l'Islam née après l'effondrement du World Trade Center, le Printemps Arabe de 2011 semblait, le temps d'une jolie saison, avoir dissipé ces craintes. Mais, depuis les récents attentats, le Musulman et/ou l'Arabe incarne de nouveau le mal absolu. Tout comme les migrants, d'ailleurs.

Face à cette urgence à regarder l'autre, à changer son regard sur lui, Made In Paradise a été remis en selle pour devenir Still In Paradise, forme participative où le public vote pour les cinq saynètes qu'il choisira de voir parmi la douzaine proposée.

Sur scène, les artistes d'origines hollandaise, égyptienne et syrienne ironisent sur leurs rôles respectifs d'Occidental et d'Arabe. Ils s'emploient à déjouer les clichés, à renouer le dialogue, même s'il faut en passer par là où ça fait mal.

Yan Duyvendak & Omar Ghayatt

PAYS-BAS Ӏ SUISSE Ӏ ÉGYPTE

Durée : 2h (Jauge limitée à 80 personnes) - À partir de 12 ans

Depuis Made In Paradise, créé par la compagnie en réaction à cette peur de l'Islam née après l'effondrement du World Trade Center, le Printemps Arabe de 2011 semblait, le temps d'une jolie saison, avoir dissipé ces craintes. Mais, depuis les récents attentats, le Musulman et/ou l'Arabe incarne de nouveau le mal absolu. Tout comme les migrants, d'ailleurs.

Face à cette urgence à regarder l'autre, à changer son regard sur lui, Made In Paradise a été remis en selle pour devenir Still In Paradise, forme participative où le public vote pour les cinq saynètes qu'il choisira de voir parmi la douzaine proposée.

Sur scène, les artistes d'origines hollandaise, égyptienne et syrienne ironisent sur leurs rôles respectifs d'Occidental et d'Arabe. Ils s'emploient à déjouer les clichés, à renouer le dialogue, même s'il faut en passer par là où ça fait mal.