Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Les Pinailleurs

Camarades ergoteur, chercheur de petite bête, chicaneur de la première heure, ou encore coupeur de cheveux en 4... Pas la peine de chercher midi à quatorze heure, pour vous présenter ces quatre amis, rassemblés autour d'une passion commune, pinailler ! Amateurs d'un certain sens de la mise en scène autour de textes conscients portés par une musique variée et festive, Les Pinailleurs se forgent doucement une réputation de groupe enjoué et populaire. Un moment de chanson, de réflexion et de partage ! En résidence au trait d’union, scène culturelle Longueau/Glisy, salle Picasso du 28 septembre au 2 octobre 2020.

Deux concerts avec enregistrement de l’album live sont programmés les 2 & 3 octobre à 20h30 en sortie de résidence.

Julien Huet: chant, guitare, accordéon
Bertrand Blandin: contrebasse, percussions, chœurs
Marwen Kammarti: violon, percussions, chœurs
Sylvain Guignery: batterie, percussions, chœurs

Cliquez ici pour les écouter
Les Pinailleurs ©  ® Les Pinailleurs
Cie  MouvemenT(é)s ©  ® Laurent Doizelet

Cie MouvemenT(é)s

I.R.L (In Real Life) est une expression d’usage sur les sociaux, qui oppose réalité et virtualité. Il y aurait donc des corps incarnés, réels, et des corps dématérialisés dans une image projetée sur un écran. Dès lors, la création IRL met en scène 5 danseurs sur un plateau, dans un univers poétique et sonore qui utilise les ressorts de la « novlangue » d’usage sur internet, en interaction avec une performance vidéo (Laurent Doizelet) en temps réel. Le plateau se transforme en sorte de réseau social vivant, en une mise en abîme du langage internet (avec ses emoji, grr, like etc..) et de ces émotions exacerbées : les corps se rencontrent et se confrontent dans des situations tantôt absurdes, drolatiques et parfois violentes, poussant une situation de départ à son paroxysme en termes de vitesse, d’intensité. Qu’est-ce qui est réel, qu’est ce qui est virtuel, jusqu’où peut-on aller pour servir une mise en scène de soi-même, que deviennent nos réactions individuelles et collectives poussées à leur paroxysme ? I.n R.eal L.ife est une fiction chorégraphique poétique et haletante. La Conception et la Chorégraphie sont signées par Aurore Floreancig, artiste en résidence au Safran, scène conventionnée d’Amiens.

En résidence au trait d’union, scène culturelle Longueau/Glisy :
- Salle Picasso de Longueau du 31 août au 4 septembre 2020
- Salle St Exupéry de Glisy du 21 au 25 septembre 2020

Création sonore et vidéo Laurent Doizelet
Poésie Jean Marc Flahaut
Danse Theo Pendle, Laura Muller, Anna Richard, Emma Noel, Jules Leduc
Costumes Sausen Mustafova
Scénographie Grégoire Faucheux
Lumières Paul Beaureille
Régie Richard Guyot

Cliquez ici pour les découvrir

Cie Actarts

ACTARTS est une compagnie émergente d'artistes professionnels (scénographes, plasticiens, vidéastes, musiciens, écrivains, comédiens, marionnettistes, photographes…), réunis autour du metteur en scène Jean-Philippe Harchin.
Chacune de leurs créations naît d’une interrogation sur la façon de traiter l’observation d’une problématique de nature sociologique sous une forme artistique alliant l’accessibilité au public le moins averti à une exigence formelle compatible avec les moyens d’une jeune compagnie. Partant d'entretiens individuels, d’ateliers d'expression libre et de temps de travail avec des amateurs, ils ont confronté et mutualisé les réflexions, revendications, expériences et mémoires des citoyens vers des écritures autonomes. Dans cet esprit, on pourra découvrir leurs films Adomorphoses (2015/2016) : à Airaines, en ruralité, cette création collective avec des adolescents a fédéré artistes, enfants, habitants, parents et commerçants du village. Leur spectacle Chats de tous les chats (2017/2018) était une tentative théâtrale et musicale d’aborder, à travers sa transposition dans le monde des chats, l’inquiétude provoquée par le réchauffement climatique et les atteintes irréversibles à la biodiversité. Les enseignements tirés des trois premières représentations leur permettront d’en proposer une version remaniée. Forts de cette expérience formatrice, ils abordent ce nouveau projet, plus ambitieux dans son dispositif scénique mobile et le nombre d’artistes intervenant. La création du proGzen, est au centre d'une dynamique de professionnalisation de la structure, et génère de nombreux partenariats artistiques et institutionnels.

En résidence au trait d’union, scène culturelle Longueau/Glisy, salle St Exupéry de Glisy :
- du 5 au 9 octobre 2020
- du 16 au 26 novembre 2020
- du 4 au 8 janvier 2021
- du 11 au 14 janvier 2021

Toute leur actu ici
Cie Actarts
Cie Yaena © ®Mavikana Badinga

Cie Yaena

C'est pour monter Burnout d'Alexandra Badea que Mavikana Badinga crée Yaena fin 2013. Avec Julien Graux, ils sont deux à en assurer la ligne artistique. La compagnie s'inscrit dans une volonté de défendre des textes contemporains en privilégiant la recherche et l'expérimentation, ainsi que la rencontre de différentes disciplines. Elle choisit des auteurs d'aujourd'hui qui parlent du monde d'aujourd'hui avec des mots d'aujourd'hui, des textes dont le sens est concret et accessible à tous, décrivant des modes de fonctionnement que chacun peut reconnaître et réinterroger. Elle mélange les formes, qu'elles soient issues du spectacle vivant, des arts plastiques, visuels ou sonores, considérant que cela favorise une multiplicité de points de vue et enrichit le propos, de même que les sensations que l'on ressent en tant que spectateur. Elle se refuse cependant à rendre la rencontre des disciplines obligatoire et préméditée, à se laisser aller à une forme de systématisme. Parallèlement à son travail de création, elle mène différents projets d'actions culturelles : option théâtre de la Cité scolaire, lycées Edouard Gand et Edouard Branly, collège Jean-Marc Laurent, maison des séniors de Longueau. En janvier 2019, elle entre en résidence de territoire pour trois ans à l'Espace culturel Picasso de Longueau.

Création 2021
Les Roses Blanches Stéphane rencontre le nouvel amoureux de sa maman, son «papa cadeau». Il nous raconte leur nouvelle vie, pleine de gaieté, puis la violence qui s'installe. Les roses blanches, c'est le parcours d'un homme en devenir qui devra se battre contre lui-même pour ne pas entrer dans le cercle infernal de la reproduction. En quatre-vingt-deux pages, dans un style percutant, Les roses blanches nous raconte une histoire de la violence. Pas des moindres et il y a urgence. Avec Les roses blanches, Sarah Pèpe donne la parole aux victimes longtemps oubliées des violences conjugales, les enfants (Prix Ado du Théâtre contemporain 2019)
Premières les 18 & 19 novembre 2021

En résidence au trait d’union, scène culturelle Longueau/Glisy :
- Salle St Exupéry de Glisy du 8 au 12 février 2021
- Salle Picasso de Longueau du 9 au 16 avril 2021

Cliquez ici pour découvrir la compagnie