Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Bannière rencontres photographiques

 Irwin Leullier - Virginie Plauchut - Mickaël Titrent

 

DU 20 SEPTEMBRE AU 3 OCTOBRE 2021

Vernissage le lundi 20 septembre à 19h, à la salle Picasso de Longueau

Itinerance

Lors de cette résidence, Irwin Leullier s’est attardé sur le chemin qui relie les villes de Longueau et Glisy. La première est une ancienne cité ferroviaire limitrophe d’Amiens et la seconde un ancien village gallo-romain devenu une zone essentiellement pavillonnaire. Ce territoire exerce sur lui une certaine fascination en raison des changements radicaux qui façonnent son paysage depuis plusieurs décennies et qui diffèrent totalement d’une ville à l’autre. Irwin Leullier envisage les différentes constructions comme les témoins d’une histoire de l’urbanisme récent. Point de départ d’un questionnement sur les composantes du paysage urbain actuel, cette série invite à porter un autre regard sur l’environnement. L’autrice Sylvie Payet a répondu à l’invitation d’Irwin Leullier et a rejoint le projet « Itinérance » en composant de courtes nouvelles inspirées des images du photographe.

 

 

Les rencontres photographiques 1
Mickael Titrent

Mickaël Titrent envisage le trajet comme un mouvement de lumière. Cette trace de temps, il la capture en mélangeant les techniques (vidéo et photographie) et en prenant comme matériau initial le passage des véhicules sur les voies de chemin de fer, sur les autoroutes, sur les chemins. « Temps Lumière » est une installation
photo / vidéo en forme d’espace dédié à la lumière comme mémoire et comme preuve. Une image, pour peu qu’il s’agisse d’une prise de vue réelle, est toujours à la fois preuve et mémoire d’un instant- lumière.

«  Effleurer l’horizon - la correspondance oubliée  » associe polaroïds et textes. Cette correspondance a été réalisée pendant 15 jours en juin 2011 mais ce n’est que cette année que Virginie Plauchut a décidé d’ouvrir la boîte où elle avait été oubliée. Avec son amie Cath. An., elles avaient décidé de s’écrire. Chacune à leur manière. En images. En mots. Mais surtout s’écrire sur le fil - constant et tendu - de leur quête d’horizon. Extérieur pour l’une, intérieur pour l’autre. Virginie Plauchut est partie pour l’Ouest, Cath. An. est restée à l’Est. Elles ont traversé les étendues qui se présentaient à elle. Leur amitié résonnait. Elles ont aussi pris le temps de se raconter, et de se déployer. Trajectoires et territoires s’effleurent. Un nouvel horizon s’ouvre.

Virginie Plauchut