Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×

Un documentaire d’une cinéaste russe en exil et un drame policier sud-coréen trônent au palmarès du 42e Festival international du film d’Amiens, dont les séances ont fait le plein.

How to Save A dead friend
How to Save A dead friend

22.11.2022

Des projections pleines jusqu’à faire pousser des queues au loin sur les trottoirs, à l’image de l’avant-première de La Guerre des Lulus au Ciné St-Leu ; des sourires sur les estrades et dans les salles ; un final comme certains l’aiment – chaud –, sur la piste du Cirque : le 42e Festival international du film d’Amiens, du 11 au 19 novembre, a renoué avec le sens de la fête pré-Covid.

Malgré un nombre de films et de séances revu à la baisse, au diapason des réalités budgétaires de 2022, la manifestation quadragénaire a su maintenir l’effervescence cinéphilique. Et, au passage, attirer davantage les jeunes – étudiants ou non. Ainsi s’assure la relève à une époque où l’expérience du cinéma en salle fait l’objet d’inquiétudes.

 

Parmi les grands moments : la venue d’Alice Diop pour son Saint Omer – au cinéma cette semaine – dans une « salle pleine à craquer, comme le rapporte Jean-Pierre Bergeon, le critique amiénois membre des Journées cinématographiques d’Amiens, l’association organisatrice du Fifam. Elle est extraordinaire, une des personnes les plus brillantes que j’ai pu écouter ».

 

Quant à la compétition, reflet d’un certain état du monde – d’autant que fictions et documentaires étaient mêlés –, elle ne prêtait guère, majoritairement, à rire. Le festival a ainsi « jonglé, comme à Cannes, entre une compétition souvent dure et des projections joyeuses, telle la programmation robes à paillettes qui a attiré énormément de monde », poursuit Jean-Pierre Bergeon.

 

La question du suicide des jeunes y a trouvé bonne place, notamment via les deux principaux vainqueurs : le Grand Prix How to Save a Dead Friend, documentaire paneuropéen d’une jeune Russe en exil qui a filmé son couple pendant des années, et le Prix du public About Kim Sohee, deuxième film de la Sud-Coréenne July Jung qui avait clôturé la Semaine de la critique cannoise.

 

Du premier, « on sort secoué », résume le critique, également bénévole au Fifam. Quant au second, oscillant entre drame et polar, il s’agit d’une « surprenante réflexion, très sensible et intelligente, qui montre combien la société peut exploiter et détruire des jeunes. Je suis tout à fait de l’avis du public ! ».

 

Globalement, le 42e Fifam a fait preuve d’une « liberté de ton sidérante », à l’image de Children of the Mist, documentaire vietnamien de Hà Le Diem « drôle et bouleversant », Prix du jury étudiants de l’UPJV et Prix documentaire sur grand écran. Ce cru 2022 s’est révélé « divers, passionnant, festif, résume Jean Pierre-Bergeon. Quelque chose s’est passé ».

 

Jean-Christophe Fouquet

About Kim Sohee

About Kim Sohee

LE PALMARÈS 2022

 

How to Save a Dead Friend (Marusya Syroechkovskaya) : Grand prix long-métrage

 

Urban Solutions (Arne Hector, Luciana Mazeto, Minze Tummescheit et Vinícius Lopes) : Grand prix court-métrage

 

About Kim Sohee (July Jung) : Prix du public, Mention spéciale long-métrage, Mention spéciale étudiants de l’UPJV

 

Our Lady of the Chinese Shop (Ery Claver) : Prix du jury

 

Children of the Mist (Hà Le Diem) : Prix du jury étudiants de l’UPJV, Prix documentaire sur grand écran.

 

Alma Viva (Cristèle Alves Meira) : Mention spéciale long-métrage

Children of the Mist

Children of the Mist